NOUVELLES

Rosneft, visé par les sanctions, demande un soutien financier massif de l'Etat (presse)

14/08/2014 04:08 EDT | Actualisé 13/10/2014 05:12 EDT

Le géant russe du pétrole Rosneft, visé par des sanctions des Etats-Unis liées à la crise ukrainienne, s'est adressé au gouvernement pour demander un soutien financier, qui pourrait atteindre 30 milliards d'euros, rapporte jeudi le journal Vedomosti.

Le directeur général Igor Setchine, un proche du président Vladimir Poutine, propose au gouvernement cinq scénarios d'aide, indique le quotidien économique, citant des sources dans le secteur pétrolier et gouvernementales.

Le plus coûteux consisterait à puiser 1.500 milliards de roubles (31 milliards d'euros) dans le fonds russe créé pour mettre de côté une partie des revenus pétroliers en prévisions de temps de crise, ajoute le journal.

Contacté par l'AFP, Rosneft, contrôlé à près de 70% par l'Etat russe, s'est refusé à tout commentaire.

Selon Vedomosti, le ministre de l'Economie a adressé au ministère de l'Energie une analyse des propositions du groupe mais des sources interrogées par le journal ont mis fortement en doute la faisabilité d'un tel soutien.

Le groupe représente plus de 40% de la production d'or noir de la Russie, premier producteur mondial très dépendant des exportations d'hydrocarbures. La production du pays a fortement progressé ces dernières années grâce à la remise en marche de gisements datant de l'époque soviétique, mais les analystes craignent désormais un déclin de ces champs pétroliers faute d'investissements massifs.

Rosneft, qui s'est construit sur les ruines du pétrolier Ioukos de l'opposant Mikhaïl Khodorkovski, a connu ces dernières années une expansion considérable à coups de grosses acquisitions. Il s'est pour cela lourdement endetté et son endettement atteignait au deuxième trimestre 1.495 milliards de roubles (31 milliards d'euros).

Il a également multiplié les partenariats avec les groupes internationaux: le britannique BP détient environ 19% de son capital et l'américain ExxonMobil est lié à lui par un accord de coopération destiné à l'Arctique.

Mais en juillet, les Etats-Unis ont ajouté le groupe dans sa liste noire d'entreprises sanctionnées en raison de la crise ukrainienne, ce qui réduit drastiquement son accès aux financements sur les marchés américains.

Au moment de la publication de ses résultats trimestriels le 25 juillet, le groupe avait assuré que ses projets avançaient comme prévu et étaient financés dans les temps. Il avait cependant indiqué travailler "à un plan destiné à minimiser les conséquences".

Après l'introduction des sanctions américaines, l'agence Moody's s'était alarmé de leurs conséquences sur les projets du groupe et ceux du producteur de gaz Novatek, lui aussi sanctionné. Elle relevait que Rosneft faisait face à des remboursements totalisant 26 milliards de dollars d'ici à fin 2015.

gmo/lap/fw

PLUS:hp