BIEN-ÊTRE

Informations nutritionnelles dans les fast-food: un conseiller municipal de Montréal demande à Québec de légiférer

14/08/2014 02:16 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT
svariophoto via Getty Images

Les informations nutritionnelles fournies volontairement par les chaînes de restauration rapide ne suffisent pas, croit le conseiller municipal montréalais Marvin Rotrand, qui demande à Québec de légiférer sur la question.

Il est dans l'intérêt public qu'une loi oblige les restaurants qui ont au moins 15 succursales au Québec à indiquer la quantité de calories et de sodium contenue dans leurs produits, et ce, à l'endroit où les clients passent leur commande, affirme M. Rotrand, conseiller de Snowdon.

Plusieurs chaînes de restauration rapide adhèrent déjà au programme « Resto-Info », qui permet aux clients d'avoir accès à ces informations. Dans certains cas, des informations nutritionnelles plus complètes sont disponibles.

Or, ce programme est volontaire et même parmi les entreprises qui y adhèrent, la visibilité des informations est inégale d'une chaîne à l'autre, argue M. Rotrand. Si Subway et McDonald's obtiennent une bonne note au chapitre de la visibilité, d'autres font figure de mauvais élèves, tels Burger King et PFK.

Parmi les mauvais exemples d'affichage énumérés par M. Rotrand se trouvent les panneaux informatifs accrochés sur un mur loin du lieu de commande, ou encore, les informations inscrites sur le boîtier en carton contenant le hamburger, donc disponibles après l'achat.

« La grande majorité des consommateurs ne savent pas que [l'information nutritionnelle] existe », répète M. Rotrand. « L'idée de ces chaînes est d'amener les gens vers internet pour trouver plus d'information. » Certaines veulent développer une application mobile, « mais une grande partie de la clientèle n'a pas de téléphone intelligent », souligne-t-il.

Selon Bill Jeffery, coordonnateur national du Center for Science in the Public Interest, les études révèlent que peu de gens cherchent à connaître l'information nutritionnelle des produits si elle ne leur est pas offerte au moment de faire leur choix.

M. Rotrand invite donc le ministre québécois de la Santé Gaétan Barrette à s'inspirer des États américains qui ont passé des lois sur l'affichage dans les restaurants. Le ministre se serait déjà engagé à communiquer avec son homologue en Ontario, où un projet de loi en ce sens a été déposé l'hiver dernier, indique le conseiller de Snowdon.

« Clairement, nous avons un problème de santé publique au Québec », dit-il en faisant référence aux cas d'obésité, de maladies cardiaques et de diabète. « Nous ne voulons pas dire aux gens quoi manger ou limiter leurs choix. Ce sont des adultes. [...] Mais nous croyons que rendre cette information disponible va influencer les comportements. »

« Et quand on influence le comportement [des consommateurs], les restaurants commencent à changer leurs produits. Ils ont des produits meilleurs pour la santé, parce que les consommateurs vont dans cette direction », conclut-il.

INOLTRE SU HUFFPOST

9 mythes sur les matières grasses