NOUVELLES

Chine: des concessionnaires de BMW sanctionnés pour entente sur les prix

14/08/2014 04:34 EDT | Actualisé 13/10/2014 05:12 EDT

Quatre concessionnaires du constructeur allemand BMW ont écopé d'amendes pour un total d'environ 1,6 million de yuans (195.000 euros), selon les autorités, alors que le secteur automobile fait l'objet de vastes enquêtes antimonopoles.

Localisés à Wuhan dans la province du Hubei (centre) --un grand pôle de l'industrie automobile en Chine--, ces vendeurs ont été accusés d'avoir "forgé une entente sur les prix", ont précisé mercredi soir les autorités provinciales.

Les quatre concessionnaires s'étaient entendus pour imposer à leurs clients des frais pour l'inspection des véhicules avant livraison, alors que celle-ci fait partie des "obligations et responsabilités" du constructeur et des vendeurs, a poursuivi le communiqué.

"Il s'agit d'une extorsion frauduleuse, un comportement qui doit être immédiatement stoppé", ont averti les autorités.

Les concessionnaires incriminés ont reçu des amendes individuelles allant de 150.000 yuans à près de 940.000 yuans.

La puissante Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC), une des autorités chinoises de la concurrence, enquête sur les pratiques commerciales de plus de 1.000 firmes de l'industrie automobile, locales et étrangères, selon des médias d'Etat.

La NDRC avait accusé la semaine dernière l'allemand Audi (groupe Volkswagen) et l'américain Chrysler (groupe Fiat Chrysler) de "pratiques monopolistiques", promettant des sanctions à leur encontre.

Audi avait indiqué lundi qu'il "accepterait la sanction", précisant que les enquêteurs avaient identifié "des violations aux lois antimonopole" dans le réseau des concessionnaires de la marque dans cette même province du Hubei.

La NDRC avait par ailleurs fait état d'enquêtes visant l'allemand Mercedes-Benz (groupe Daimler) ainsi que 12 firmes japonaises non identifiées.

Les autorités avaient précédemment fait part de leurs préoccupations concernant les prix des véhicules et des pièces détachées automobiles, considérés comme exagérément élevés.

Dans le communiqué diffusé mercredi, les autorités du Hubei ont justement indiqué qu'elles travaillaient sur des sanctions devant être infligées à des constructeurs et concessionnaires d'autres marques automobiles, dont Audi.

Depuis l'an dernier, les régulateurs chinois ont lancé de vastes enquêtes sur toute une série de grands groupes étrangers, notamment des laboratoires pharmaceutiques, des fabricants de lait infantile ou, plus récemment, des firmes informatiques.

Bien que Pékin s'en défende, nombre de responsables d'entreprises étrangères redoutent d'être visés de façon disproportionnée par rapport aux groupes chinois.

Les pénalités pour infractions à la loi antimonopole peuvent s'élever jusqu'à 10% des revenus engrangés l'année précédente.

wf-jug/fw

PLUS:hp