POLITIQUE

Mario Albert est remplacé par Yves Lafrance à la tête d'Investissement Québec

13/08/2014 03:54 EDT | Actualisé 13/10/2014 05:12 EDT
Getty
Fleur de Lys Provincial Flag of Quebec

MONTRÉAL - La durée du mandat de Mario Albert à la tête d'Investissement Québec (IQ) n'aura été que d'un peu plus d'un an, puisque le gouvernement Couillard a déjà décidé de lui montrer la porte de sortie.

À la suite de sa séance de mercredi, à Québec, le conseil des ministres a annoncé la nomination d'Yves Lafrance comme président-directeur général par intérim de la société d'État.

La nomination de M. Lafrance, à l'emploi d'IQ depuis 2007 et qui était jusqu'à tout récemment vice-président aux financements mandataires, est immédiate, d'après ce qu'a indiqué une porte-parole de la société d'État, Chantal Corbeil.

«(Le) départ de (M. Albert) n'a pas été annoncé, a-t-elle dit au cours d'un bref entretien téléphonique. Nous apprenons tout cela dans les nominations (du conseil des ministres). M. Albert était en vacances cet été.»

En poste depuis le 2 juillet 2013, M. Albert — nommé par le gouvernement péquiste le 19 juin 2013 — sera «réaffecté» au ministère des Finances dans un mandat qui reste à déterminer, a indiqué Mme Corbeil.

«Je pense que lorsqu'il a été nommé (M. Albert) c'était pour trois ou quatre ans (...) mais là, aujourd'hui, il est transféré ou il a un nouveau mandat», a souligné la porte-parole d'Investissement Québec.

Sur son profil du réseau social Linkedin, mercredi, en fin d'après-midi, M. Albert indiquait qu'il était toujours à la tête du bras financier du gouvernement.

Par ailleurs, le passage de M. Lafrance comme pdg d'Investissement Québec devrait être de courte durée puisqu'un processus visant à lui trouver un successeur sera bientôt mis de l'avant.

Un comité de sélection devrait être mis sur pied, a confirmé Mme Corbeil.

«Il y a un processus formel pour trouver un nouveau président-directeur général qui va débuter bientôt, a-t-elle dit. Je ne peux cependant pas vous donner de date.»

M. Albert était président et chef de la direction de l'Autorité des marchés financiers lorsque le gouvernement Marois lui avait demandé de remplacer le banquier Jacques Daoust, qui avait été remercié après sept ans à la tête d'Investissement Québec.

Les libéraux avaient alors accusé le gouvernement péquiste d'avoir congédié M. Daoust — actuellement ministre de l'Économie — en raison de son opposition au projet de Banque de développement économique.

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard