NOUVELLES

Ukraine: une grande agence de presse russe sans nouvelles d'un journaliste depuis une semaine

12/08/2014 08:11 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

La Russie a ouvert une enquête sur la disparition en Ukraine d'un journaliste de l'agence de presse russe Ria Novosti, qui n'a pas donné signe de vie depuis une semaine, a déclaré le Comité d'enquête russe.

"Le journaliste a envoyé des (images) pour la dernière fois le 5 août, puis il a cessé de communiquer avec sa rédaction", a indiqué le comité dans un communiqué. "En conséquence, des mesures ont été prises pour établir où il se trouve et identifier les auteurs de son enlèvement."

Âgé de 33 ans, le photographe Andreï Stenin était basé en Ukraine depuis le 13 mai et travaillait pour l'agence de presse proche du pouvoir Ria Novosti, qui appartient à l'agence Rossia Segodnia ("La Russie Aujourd'hui").

Il avait réalisé de nombreux reportages photos à Kiev mais aussi dans des bastions de séparatistes prorusses dans l'Est du pays, à Lougansk, Donetsk et à Marioupol, selon le communiqué.

"Nous allons vérifier l'hypothèse d'une implication de la garde nationale ukrainienne et des structures de forces dans la détention du journaliste russe", a précisé le comité, ajoutant qu'il allait "demander de l'aide sur le plan judiciaire aux autorités compétentes ukrainiennes".

"Compte tenu de la pratique répandue en Ukraine d'interpeller et d'enlever des journalistes, il n'est pas exclu qu'un photographe expérimenté puisse devenir la victime d'une attaque malveillante", a déclaré une porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, à l'agence de presse russe Ria Novosti.

Un autre média russe, la chaîne proche du Kremlin Russia Today, avait aussi perdu contact en juillet pendant plusieurs jours avec l'un de ses journalistes britanniques, Graham Phillips, lequel avait été en réalité expulsé d'Ukraine. Il avait affirmé avoir été battu par les forces armées ukrainiennes.

En juin, deux autres journalistes de la chaîne de télévision Zvezda, qui appartient au ministère russe de la Défense, avaient été arrêtés par la garde nationale ukrainienne, à l'instar de deux journalistes russes de la chaîne de télévision pro-Kremlin Life News, en mai.

Les journalistes paient un lourd tribut au conflit ukrainien, avec trois journalistes russes tués en juin et un photographe italien décédé avec son assistant russe fin mai.

all/bb/fw

PLUS:hp