NOUVELLES

Ukraine: Hollande dit à Poutine ses "très vives inquiétudes" sur une mission "unilatérale" russe

12/08/2014 07:34 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

Le président François Hollande s'est entretenu mardi avec son homologue russe Vladimir Poutine, pour lui fait part de ses "très vives inquiétudes" sur "la perspective d'une mission unilatérale russe sur le territoire ukrainien", a annoncé la présidence française.

Au cours de l'entretien, M. Hollande "a fait part de sa préoccupation quant à l'évolution de la situation à l'est de l'Ukraine. Il a insisté sur les très vives inquiétudes que suscitait la perspective d'une mission unilatérale russe sur le territoire ukrainien", écrit la présidence dans un communiqué.

"Le président de la République a insisté sur le fait qu'une opération humanitaire ne pouvait intervenir sur le territoire ukrainien qu'avec l'accord des autorités nationales ukrainiennes, tant sur le format que sur les modalités de mise en oeuvre".

Dans un autre communiqué, la présidence indique que François Hollande s'est également entretenu de l'Ukraine avec la chancelière allemande Angela Merkel.

"Ils ont vérifié leur identité de vues sur l'Ukraine, en particulier sur les conditions d'une véritable mission humanitaire. Ils sont convenus de poursuivre leurs efforts communs pour progresser vers les conditions d'un accord politique", rapporte la présidence.

Soulignant que "la France restait activement engagée, avec l'Allemagne et l'ensemble de ses partenaires, dans la recherche d'une solution politique d'ensemble", la présidence française a précisé qu'elle "reste prête à participer à une nouvelle rencontre dans le format de Normandie si elle était de nature à accélérer un processus de règlement de la crise".

Le "format de Normandie" évoqué par l'Elysée fait référence à une première rencontre entre Vladimir Poutine et le président ukrainien Petro Porochenko, organisée sous l'égide de François Hollande et en présence d'Angela Merkel en marge des commémorations des 70 ans du Débarquement allié en Normandie, le 6 juin dernier.

Un convoi humanitaire russe de 280 camions faisait route mardi vers l'Ukraine pour apporter une aide aux populations victimes des combats dans l'est du pays, selon les médias russes, en dépit des mises en garde occidentales contre toute intervention unilatérale russe chez son voisin.

La présidence ukrainienne a indiqué pour sa part que l'Ukraine ne laisserait pas passer le "convoi humanitaire" russe. Selon le chef-adjoint de la présidence Valéri Tchaly, ce convoi devrait être remis à la Croix-Rouge sur un poste-frontière.

rh-ha/kap/thm/gg

PLUS:hp