NOUVELLES

La trêve persiste à Gaza à l'heure de discussions cruciales

12/08/2014 05:15 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

Les négociateurs israéliens et palestiniens étaient engagés mardi dans d'éprouvantes discussions pour essayer de surmonter des années d'hostilité et transformer en paix durable la trêve respectée depuis lundi dans la bande de Gaza dévastée par la guerre.

L'enclave palestinienne a connu mardi une deuxième journée de trêve rigoureusement observée, tandis que les négociateurs tentaient de trouver au Caire par l'entremise des Egyptiens une formule extrêmement complexe satisfaisant des exigences apparemment contradictoires: la sécurité pour Israël, la levée du blocus de Gaza pour les Palestiniens.

Il s'agit d'empêcher une reprise des combats et, si possible, d'instaurer une trêve prolongée après l'expiration, jeudi à 00H01 locales (mercredi 21H01 GMT), d'un cessez-le-feu de trois jours.

Il s'agit aussi pour Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas de ne pas perdre la face après plus d'un mois d'une guerre qui a fait près de 2.000 morts palestiniens, et 67 côté israélien.

Au deuxième jour de la trêve, les Gazaouis ont continué à se réinstaller ou à venir récupérer des affaires dans les maisons que les bombes les avaient forcés à quitter.

"Nous venons ici tous les jours, nous nous installons un petit moment puis nous allons chez des proches", raconte Mohamed Gamar, près du point de passage d'Erez vers Israël. Il préfère revenir dans sa maison dévastée plutôt que de rester dans les écoles de l'ONU transformées en refuges, "car elles sont surpeuplées".

- Négociations longues et 'épuisantes' -

Dans ce spectacle de dévastation, aucun tir de roquette ou de mortier sur Israël n'a été signalé de Gaza depuis le début de la trêve, et l'armée n'a procédé à aucune frappe en territoire palestinien.

Les belligérants semblent soucieux de ne pas compromettre les discussions qui se déroulent par l'entremise des Egyptiens, traditionnels médiateurs.

Lundi, Israéliens d'un côté et Palestiniens du Hamas, du Jihad islamique et du Fatah de l'autre ont eu plus de neuf heures de négociations au QG des renseignements égyptiens, et les pourparlers devraient se poursuivre dans la nuit de mardi à mercredi, selon un responsable.

"Les négociations sont difficiles et épuisantes", a commenté un membre de la délégation palestinienne.

Des informations fragmentaires, contradictoires et difficilement vérifiables filtraient sur la persistance de divergences profondes ou sur la réalisation de progrès.

La levée du blocus s'impose comme une exigence fondamentale des Palestiniens.

- Coups de semonce en Méditerranée -

Des coups de semonce tirés mardi par la marine israélienne à l'attention d'un petit bateau à moteur ont rappelé la réalité de ce blocus, imposé strictement depuis 2007 par Israël et qui asphyxie l'économie d'un territoire exigu où s'entassent 1,8 million de personnes.

Selon l'armée israélienne, le bateau s'est aventuré au-delà de la zone de trois miles nautiques (5,5 km) autorisés.

Selon des négociateurs palestiniens, Israël consentirait à alléger les restrictions à deux points de passage de la frontière entre Gaza et le territoire israélien, l'un pour les personnes, l'autre pour les biens. Ce dernier serait sous supervision internationale.

Les trois parties auraient aussi accepté l'idée que le passage de Rafah, entre Gaza et l'Egypte, soit contrôlé selon des modalités à définir par les Egyptiens et les Palestiniens, ont-ils ajouté.

Selon la presse israélienne citant un haut responsable, Israël a accepté de soulager le blocus en portant à 5.000 chaque mois le nombre de permis délivrés aux Gazaouis pour se rendre en Israël ou en Cisjordanie; en doublant à 600 le nombre de camions autorisés à franchir chaque jour le point de passage de Kerem Shalom; en acceptant sous de strictes conditions l'entrée d'argent pour payer les dizaines de milliers de fonctionnaires qui attendent leur salaire depuis des mois, et en étendant les zones de pêche.

En revanche, Israël ne veut pas entendre parler de la construction d'un port ou d'un aéroport.

Fort du soutien ultra-majoritaire de son opinion à la guerre et avec les pressions des faucons de son gouvernement qui réclament d'en finir militairement avec le Hamas, le Premier ministre Benjamin Netanyahu réclame, par l'intermédiaire de ses délégués, la démilitarisation de Gaza.

Mais signe des difficultés qu'il devra surmonter pour faire accepter un accord à son gouvernement de coalition, M. Netanyahu a annulé mardi une réunion du cabinet de sécurité et a, à la place, invité des ministres clés, dont de nombreux faucons, à des réunions privées.

La délégation palestinienne oppose une fin de non-recevoir à la démilitarisation, et l'a encore souligné au Caire, selon une source palestinienne.

bur-lal/cbo/tp

PLUS:hp