NOUVELLES

France: un lieu-dit "La-mort-aux-Juifs" suscite la polémique

12/08/2014 06:05 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

Le centre Simon Wiesenthal, fondé aux Etats-Unis par le célèbre chasseur de nazis, a réclamé par courrier au ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve le changement de nom d'un lieu-dit baptisé "La-mort-aux-juifs".

Dans un communiqué, le centre précise que son directeur des relations internationales, Shimon Samuels, a écrit au ministre pour lui faire savoir qu'il était "choqué de découvrir l'existence d'un village de France nommé officiellement +La-mort-aux-Juifs+".

"Que ce nom soit passé inaperçu pendant les soixante-dix ans qui ont suivi la libération de la France du national-socialisme et du régime de Vichy est extrêmement choquant", ajoute-t-il.

"Ce n'est pas la première fois que j'entends parler d'une telle démarche", a déclaré à l'AFP Marie-Elizabeth Secretand, adjointe au maire du village de Courtemaux (289 habitants) dont dépend le lieu-dit, qui trouve la requête "ridicule".

"Pourquoi changer un nom qui remonte au Moyen-Age, ou à plus loin encore ? Il faut respecter ces vieux noms", soutient Mme Secretand.

Il y a plus de vingt ans, la municipalité avait refusé de débaptiser ce lieu, constitué d'une ferme et de deux maisons. "Ce nom a toujours existé. Personne n'en veut aux Juifs, bien sûr. Cela ne m'étonne pas que cela revienne encore une fois sur le tapis", concède-t-elle cependant.

En 1992, une association antiraciste, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) avait effectué la même demande auprès du maire de l'époque, des autorités préfectorales et du ministère de l'Intérieur, sans résultat.

En mai un village espagnol proche de Burgos baptisé "Castrillo Matajudios" ("Castrillo Tuelesjuifs") a voté lors d'un référendum en faveur du changement de nom de la commune qui était, selon son maire, un peu lourd à porter. Vingt-six des 52 votants ont voté en faveur d'un nouveau nom, "Mota de Judios" ("La-Colline-des-Juifs").

En France de nombreux toponymes (rues, noms de lieux) témoignent de plus de 2000 ans de présence des juifs, une histoire faite de périodes de persécutions et d'expulsions entrecoupées de relative tolérance.

mm/mra/nou/ros

PLUS:hp