NOUVELLES

USA: enquête du FBI après la mort d'un jeune Noir abattu par la police

11/08/2014 04:41 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

Le FBI a ouvert lundi une enquête après la mort d'un jeune Noir abattu par un policier à Ferguson (Missouri), au centre des Etats-Unis, un incident aux circonstances controversées qui a provoqué des émeutes et mobilisé la communauté noire.

La police fédérale "a lancé une enquête fédérale sur d'éventuelles violations des droits civiques qui complètera l'enquête menée par celle de la police du comté de St-Louis", a indiqué à l'AFP Cheryl Mimura, porte-parole de l'antenne locale du FBI.

Le ministre de la Justice Eric Holder a pour sa part indiqué dans un communiqué que l'incident méritait "une enquête complète" qui sera menée par le FBI en collaboration avec les services de son ministère.

"Mener à fond de telles investigations est très important pour préserver la confiance entre la police et les communautés qu'elle sert", a ajouté le ministre.

Des émeutes ont éclaté et des magasins ont été pillés dans la nuit de dimanche à lundi dans cette ville de la banlieue de Saint-Louis, après la mort la veille de Michael Brown, 18 ans, tué par un policier.

Deux policiers ont été blessés et 32 personnes interpellées pour le pillage de 12 magasins.

Les récits sur les circonstances du décès du jeune garçon diffèrent. Selon un témoin, Michael Brown marchait dans la rue quand un agent de police s'en est pris à lui et a tiré sur l'adolescent, qui avait les mains en l'air.

Selon la police, Michael Brown a été tué après avoir agressé un policier et tenté de lui dérober son arme.

Le jeune homme a été touché à "plusieurs reprises", selon la police, huit fois selon la famille de l'adolescent.

Dans l'après-midi, la famille du jeune homme a appelé au calme et demandé que "justice soit rendue à notre fils".

La mort de Michael Brown est "de nouveau la mort absurde d'une personne de couleur", a indiqué pour sa part l'avocat de la famille Benjamin Crump, présent à la conférence de presse.

M. Crump avait été l'avocat de la famille de Trayvon Martin, un jeune Noir abattu en 2012 par un vigile de quartier en Floride (sud-est) dont la mort avait relancé le débat aux Etats-Unis sur le racisme et les lois encadrant la légitime défense.

L'avocat a appelé tout témoin éventuel de l'incident à se faire connaître. "On pourra comprendre, quand tout cela sera terminé, ce qui c'est vraiment passé et comment cet enfant a été exécuté", a-t-il ajouté.

"Pas de violence mais la justice", a ajouté Lesley McSpadde, la mère du jeune homme, très éprouvée et pouvant à peine parler.

Dans la matinée, dans une interview à CNN, le maire de la ville James Knowles avait affirmé qu'une enquête impartiale serait menée, non par les instances municipales, mais par la police du comté de St-Louis. "Justice sera rendue", avait-il assuré.

"C'est une enquête très compliquée", a indiqué de son côté Jon Belmar, chef de la police du comté de St-Louis. "Elle doit l'être. Un homme a perdu la vie. Un policier est impliqué. L'enquête doit être bien menée", a-t-il dit.

Le calme était revenu dans la ville lundi matin mais les écoles qui devaient rouvrir ce jour-là sont restées fermées, selon le journal local St-Louis Post Dispatch.

Une manifestation demandant justice a rassemblé plusieurs centaines de personnes dans la journée, sans incidents.

La grande organisation de défense des Noirs NAACP qui devait organiser à St-Louis un meeting dans la soirée, a indiqué que "la mort d'un autre Noir par les mains de ceux qui ont juré de protéger et servir la communauté brise le coeur".

Selon les médias locaux, l'incident met en relief les tensions raciales entre une police locale majoritairement blanche et les habitants d'une ville à majorité noire.

bur-ff/elm

PLUS:hp