POLITIQUE

Bientôt un guichet obligatoire pour les garderies subventionnées

11/08/2014 09:05 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT
David Clark via Getty Images

Les garderies subventionnées qui s'opposent au guichet unique n'auront bientôt plus le choix. Dès l'automne, une directive du ministère de la Famille les obligera à se joindre au guichet unique centralisé destiné aux parents qui veulent obtenir des places pour leurs enfants.

Dans le cas d'un refus d'un établissement subventionné, ce dernier s'expose à la diminution ou à l'annulation pure et simple de la subvention, a précisé une porte-parole du ministère, Nathalie Lévesque.

Même si la Coopérative Enfance Famille travaille à fusionner les listes d'attente depuis juin, les Centres de la petite enfance (CPE) et garderies privées subventionnées n'étaient toujours pas obligés d'y participer.

Or, dès l'automne, tous les services de garde seront tenus de se joindre à la liste , a-t-elle ajouté. Ainsi, au moins 430 installations devraient s'ajouter à la liste centrale, qui compte déjà 300 organisations, a précisé la directrice des communications de la Coopérative Enfance Famille, Marie-Ève Dolbec. 

Cette mesure vise à créer un guichet unique pour les parents, notamment avec l'arrivée d'un site internet pour l'inscription, www.Laplace0-5.com.

Des réactions mitigées

De son côté, l'Association québécoise des CPE évoque certaines réticences parmi ses membres, mais n'entrevoit pas de mouvement de contestation. La décision du ministère de conserver les critères d'admission pour chaque établissement en a rassuré plusieurs, inquiets de l'ordre des priorités des inscriptions dans la liste.

La nouvelle a cependant fait réagir le président de l'Association des garderies privées du Québec (AGPQ), Sylvain Lévesque, qui soutient que cette mesure force « des garderies à donner leur gestion au ministère ».

« On va dire aux parents dans quelle garderie aller », a-t-il dénoncé. Il souligne qu'il est illusoire de penser que le guichet unique va diminuer la charge de travail des parents.

Des garderies mal en point

Par ailleurs, plusieurs CPE et garderies de la région métropolitaine offrent de mauvaises conditions aux enfants, selon Le Journal de Montréal lundi matin.

Selon des inspections menées par le ministère de la Famille en 2013-2014, des garderies donnent des bouteilles de plastique aux enfants comme jouets, gardent des trousses de premiers soins incomplètes et n'ont pas de salles de bain propres. 

Pour M. Lévesque, ce portrait est loin d'être généralisé.

« On remarque que les plaintes sont souvent concentrées dans un groupe de garderies. C'est souvent un groupe de garderies délinquantes, des propriétaires qui ont trois, quatre, cinq garderies », explique-t-il.

Selon lui, les ressources du ministère, y compris les inspections, sont mal gérées. 

« Je pense que les inspecteurs perdent leur temps dans un réseau de qualité. À l'heure actuelle, il y a des inspections plus sévères dans les garderies de qualités, où il n'y a aucun problème, que dans les garderies délinquantes », déplore-t-il.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les points saillants du 1er budget Leitao