NOUVELLES

GB: EDF suspend 4 réacteurs nucléaires pour un problème de chaudière

11/08/2014 06:09 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

La filiale britannique du groupe d'électricité français EDF a annoncé lundi la suspension de quatre réacteurs nucléaires du nord de l'Angleterre, à cause d'un problème de chaudière sur l'un d'entre eux.

L'inspection du réacteur 1 de la centrale Heysham 1 a montré "un défaut" dans une chaudière pendant des opérations de maintenance débutées au mois de juin, a expliqué la compagnie dans un communiqué.

Cette tranche est depuis maintenue à l'arrêt, "tant que les examens se poursuivent pour déterminer la nature du défaut".

Par mesure de précaution, la compagnie a décidé de suspendre pour au moins huit semaines trois autres réacteurs du même type: un sur le même site près de Lancaster, sur la côte ouest, et deux autres à Hartlepool, sur la côte est du nord de l'Angleterre.

La suspension de ces réacteurs plus que trentenaires intervient au moment où le Royaume-Uni veut renouveler son parc nucléaire, à l'inverse d'autres pays, comme l'Allemagne, qui ont décidé de renoncer à cette énergie après la catastrophe de Fukushima en mars 2011 au Japon.

Le gouvernement britannique a ainsi annoncé en octobre dernier un accord avec EDF pour la construction de deux réacteurs EPR à Hinkley (sud-ouest), un projet de 16 milliards de livres (20 milliards d'euros) qui permettrait la fourniture de 3,2 gigawatts au réseau.

Le constructeur français de réacteurs Areva et les groupes chinois CGN et CNNC sont associés au projet, avec une mise en service prévue en 2023.

Ce plan s'inscrit dans la stratégie britannique de renouveler un parc nucléaire vieillissant. Les quatre réacteurs que la filiale d'EDF au Royaume-Uni, EDF Energy, vient d'interrompre ont ainsi été mis en service en 1983 et doivent être arrêtés définitivement en 2019.

Les deux centrales d'Heysham 1 et de Hartlepool fournissent en temps normal une puissance cumulée de près de 1,2 gigawatt.

"Tant que les résultats d'inspections plus poussées ne sont pas connus, il n'est pas possible d'indiquer la date précise de remise en service de ces quatre réacteurs. Mais d'après une estimation préliminaire, ces examens devraient prendre environ huit semaines", a précisé EDF Energy.

EDF Energy a souligné que les opérations sur ses six autres centrales nucléaires n'étaient pas affectées puisque les unités qui s'y trouvent sont de conception différente.

pn/jk/ia

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

AREVA

PLUS:hp