NOUVELLES

Karabakh: Poutine fait état de "bonne volonté" de la part de l'Arménie et de l'Azebaidjan

10/08/2014 09:42 EDT | Actualisé 10/10/2014 05:12 EDT

Le président russe Vladimir Poutine s'est déclaré dimanche satisfait de la "bonne volonté" manifestée par l'Arménie et l'Azerbaidjan, lors d'une réunion avec les présidents de ces deux pays destinée à arrêter une nouvelle escalade dans le conflit qui dure depuis près d'un quart de siècle autour du territoire du Nagorny Karabakh.

Cette réunion à Sotchi (sud de la Russie), la première mettant face à face les présidents des deux ex-républiques soviétiques caucasiennes depuis mars dernier, était organisée par M. Poutine alors qu'une série de combats frontaliers ont fait au total 23 morts ces dernières semaines, mettant en péril le cessez-le-feu officiellement en vigueur depuis 1994.

"N'importe quelle situation difficile peut bien sûr être résolue s'il y a de la bonne volonté, et il existe une telle bonne volonté de la part des peuples d'Azerbaidjan et d'Arménie", a déclaré M. Poutine, cité par les agences de presse russe lors de la réunion avec ses homologues caucasiens.

Rattaché à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique mais peuplé majoritairement d'Arméniens, le Nagorny Karabakh a fait sécession avec le soutien de l'Arménie, et la guerre qui a suivi a fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés entre 1988 et 1994.

Des combats se sont encore déroulé dans la nuit de samedi à dimanche, alors que les présidents arménien et azerbaidjanais venaient de s'entretenir quelques heures plus tôt, alors séparément, avec M. Poutine. Un soldat azerbaidjanais a été tué et deux maisons détruites côté arménien, ont rapporté les média locaux.

Le président azerbaidjanais Ilham Aliev a exprimé dimanche "l'espoir que dans un futur proche, par des négociations et des moyens pacifiques, soit trouvée une solution en accord avec les principes internationaux et la justice".

Son homologue arménien Serge Sarkissian a déclaré pour sa part "croire que le conflit peut et doit être résolu à partir d'un compromis, et à partir des principes proposés par l'OSCE".

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe est en charge d'une médiation, menée par un groupe dit "groupe de Minsk" et coprésidé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

Le "groupe de Minsk" a proposé un règlement passant par la restitution des territoires qui entourent le Nagorny Karabakh, un statut temporaire pour ce territoire garantissant sa sécurité et son autonomie, un corridor reliant l'Arménie à ce territoire, et un statut définitif du Nagorny-Karabakh devant être défini par la volonté des populations.

lr-bb/fw

PLUS:hp