NOUVELLES

Chine: 18 suspects "se rendent" après une attaque meurtrière au Xinjiang (agence)

10/08/2014 04:55 EDT | Actualisé 09/10/2014 05:12 EDT

Dix-huit suspects "se sont rendus" aux policiers enquêtant sur une attaque qui a fait près de 100 morts fin juillet au Xinjiang, région musulmane du nord-ouest de la Chine, a rapporté dimanche un média d'Etat.

Un total de 37 civils et 59 "terroristes" ont été tués dans l'attaque le 28 juillet d'un poste de police et d'autres bâtiments officiels dans le district de Shache - ou Yarkand pour les Ouïghours, la principale ethnie de la région -, poussant les forces de l'ordre à répliquer.

Ce bilan officiel en fait le trouble le plus meurtrier survenu au Xinjiang depuis des affrontements interethniques qui avaient fait environ 200 morts à Urumqi, la capitale régionale, en 2009.

L'agence officielle Chine nouvelle, citant le gouvernement régional, a indiqué dimanche que 18 suspects s'étaient "rendus à la police".

"Les suspects se sont constitués prisonniers sous l'intense pression du public", a indiqué l'agence, sans autre précisions.

Dans un courrier électronique à l'AFP, Dilxat Raxit, porte-parole du Congrès mondial ouïghour, une organisation en exil, a affirmé que les suspects s'étaient livrés aux autorités pour "sauver leur vie" alors que les forces de sécurité les traquaient.

Le Xinjiang compte quelque dix millions de Ouïghours, des musulmans turcophones en partie hostiles à la tutelle de Pékin et dont une frange radicalisée est, selon les autorités, à l'origine d'attaques meurtrières commises ces derniers mois dans la région.

Experts et groupes de défense des droits de l'homme estiment que la politique répressive suivie par Pékin à l'encontre de la culture et de la religion des Ouïghours alimente les tensions au Xinjiang.

nc/kjl/gab/pt

PLUS:hp