NOUVELLES

Turquie: les grandes dates de la carrière d'Erdogan

09/08/2014 10:00 EDT | Actualisé 09/10/2014 05:12 EDT

Les principales étapes de la carrière du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan (islamo-conservateur), grand favori de l'élection présidentielle des 10 et 24 août:

FORMATION

Né dans un quartier modeste d'Istanbul le 26 février 1954, d'une famille très pieuse originaire de Rize (nord-est), il étudie dans un établissement religieux et vend des confiseries dans la rue pour se payer ses manuels.

Passionné de football, joueur semi-professionnel dans les années 70, il est diplômé de l'université de sciences économiques de Marmara (1981). Dès 1976, il rejoint le mouvement de Necmettin Erbakan, son mentor politique qui sera 10 ans plus tard le premier chef de gouvernement islamiste en Turquie.

DEBUTS EN POLITIQUE

Le coup d'Etat militaire du 12 septembre 1980 l'écarte de la politique jusqu'en 1983 lorsqu'Erbakan crée le Parti de la prospérité (Refah), dont il devient le responsable pour Istanbul en 1985.

Elu maire d'Istanbul le 27 mars 1994, il s'acquiert une forte popularité grâce à sa gestion efficace.

Après la chute d'Erbakan, contraint à démissionner par les militaires (1997), il est condamné en 1998 pour incitation à la haine raciale et religieuse, exclu de la vie politique et emprisonné quatre mois en 1999.

La justice lui reproche d'avoir cité lors d'un meeting en décembre 1997 un poème selon lequel "les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats".

VERS LE POUVOIR

En juillet 2001, la Cour constitutionnelle l'autorise à revenir en politique. Il forme le 14 août 2001 le Parti de la justice et du développement (AKP) qu'il préside.

L'AKP remporte les législatives de novembre 2002 mais lui-même, déclaré inéligible deux mois auparavant par le Haut conseil électoral, ne peut devenir Premier ministre.

Il demande à son bras droit Abdullah Gül d'assumer la fonction le temps d'organiser sa propre élection lors d'une législative partielle à laquelle il peut se présenter grâce à des amendements adoptés au Parlement dominé par l'AKP. Il devient Premier ministre le 11 mars 2003.

ONZE ANS DE REGNE

Avec trois mandats successifs --l'AKP remporte les législatives de 2007 et 2011-- Erdogan met fin à une longue période d'instabilité gouvernementale. Il revendique 12 élections gagnées par son parti en 12 ans au pouvoir.

Sous son règne, l'économie turque connaît une forte période de croissance jusqu'en 2011, qui fléchit depuis. Il adopte une nouvelle approche de la question kurde et accomplit d'importantes réformes, avec pour moteur le processus d'adhésion à l'Union européenne (UE) dont il obtient le lancement en octobre 2005. Surtout, il met au pas l'armée turque, auteur de quatre coups d'Etat en un demi-siècle.

Mais l'opposition l'accuse de dérive "autoritaire" et "islamiste" et lui reproche la corruption de son régime. Il réprime brutalement la contestation de juin 2013.

Le règlement de l'AKP limite à trois ses mandats mais il souhaite poursuivre comme chef de l'Etat. Le 1er juillet, l'AKP l'intronise candidat.

lch/pa/jr

PLUS:hp