NOUVELLES

Ebola: report de la campagne des sénatoriales au Liberia

09/08/2014 02:15 EDT | Actualisé 09/10/2014 05:12 EDT

La campagne pour les élections sénatoriales partielles au Liberia a été reportée sine die en raison des restrictions de déplacement imposées par la lutte contre l'épidémie d'Ebola, a annoncé samedi la commission électorale.

Cette campagne, initialement prévue du 12 août au 12 octobre, a été reportée "à une date qui sera annoncée ultérieurement", a affirmé la Commission nationale des élections (NEC) dans un communiqué.

"Avec la situation qui prévaut sur le terrain, nos agents ne peuvent pas être déployés partout dans le pays et les candidats eux-mêmes ne pourront pas faire leur propre campagne à cause des restrictions liées aux mesures prises contre Ebola", a-t-elle expliqué.

Ce report risque de peser sur la tenue des élections sénatoriales partielles, qui restent pour l'heure fixées au 14 octobre. Ce scrutin doit permettre d'élire 15 des 30 membres du Sénat, les 15 autres sièges ayant été déjà pourvus lors des élections générales d'octobre 2011.

La commission électorale a d'ailleurs reconnu avoir demandé, en vain, un report du scrutin lui-même.

"Nous avions demandé que les élections sénatoriales (partielles d'octobre) soient repoussées, mais nous n'avons pas eu le feu vert du Parlement. Le seul pouvoir que nous avons est de repousser la campagne, c'est ce que nous avons fait", a expliqué à l'AFP le responsable de la communication de la NEC, Jowee Kennedy.

"Nous avons 5.000 agents électoraux qui attendent mais ne peuvent pas aller dans leurs zones d'affectation" à cause "de l'état d'urgence", et les candidats risquent d'être privés de rassemblements, a-t-il ajouté.

"Dans cette situation, on ne peut pas tenir des élections libres et transparentes", a-t-il jugé.

La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a décrété le 6 août l'état d'urgence dans le pays pour 90 jours en raison de l'épidémie d'Ebola.

L'épidémie, qui frappe la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone et le Nigeria a fait plus de 960 morts sur près de 1.800 cas confirmés, probables ou suspects.

zd-cs/tmo

PLUS:hp