NOUVELLES

Londres va parachuter de l'aide dans "les 48 heures" au nord de l'Irak

08/08/2014 10:00 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

La Grande-Bretagne va parachuter "au cours des prochaines 48 heures" des vivres aux populations menacées par l'avancée des jihadistes de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak, a annoncé vendredi le ministre de la Défense, Michael Fallon.

Le ministre a ajouté que Londres était également prêt à offrir "une assistance technique" en matière de surveillance et de logistique aux Etats-Unis, qui ont bombardé pour la première fois vendredi des positions des jihadistes menaçant le Kurdistan irakien et des milliers de chrétiens et Yazidis en fuite.

Avant de déclencher des frappes, l'armée américaine avait commencé dans la nuit de jeudi à vendredi une opération d'aide humanitaire dans le nord de l'Irak en larguant de la nourriture et de l'eau aux Irakiens en fuite.

"Nous avons décidé aujourd'hui d'assister les Etats-Unis dans les opérations d'aide humanitaire qui ont commencé hier. Nous allons également larguer des vivres, ce que nous espérons faire au cours des prochaines 48 heures, pour soulager en particulier les personnes prises au piège dans une situation critique dans les montagnes", a souligné Michael Fallon à la sortie d'une réunion de crise du gouvernement.

Le ministre a confirmé que Londres ne prévoyait pas d'intervenir militairement. Il a, comme le Premier ministre David Cameron, "salué" les frappes aériennes de l'armée américaine.

"Je salue la décision du président Obama d'accepter la demande d'aide du gouvernement irakien et de mener des frappes aériennes ciblées américaines, si nécessaire, pour aider les forces irakiennes dans leur combat contre les terroristes de L'EI (Etat islamique) pour libérer les civils pris au piège sur le Mont Sinjar", avait indiqué vendredi matin le Premier ministre, actuellement en vacances au Portugal.

Il s'était dit, dans un communiqué, "extrêmement préoccupé par la situation épouvantable en Irak et la situation désespérée de centaines de milliers d'Irakiens" et "particulièrement préoccupé" par la minorité Yazidi, appelant "le monde à les aider".

jk/mr

PLUS:hp