NOUVELLES

Liban: des centaines de réfugiés syriens sont rentrés dans leur pays (religieuse)

08/08/2014 08:37 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

Au moins 350 Syriens réfugiés dans la localité libanaise d'Aarsal, théâtre de combats meurtriers entre l'armée et des jihadistes, sont rentrés dans leur pays, a annoncé vendredi à l'AFP une religieuse impliquée dans cette opération.

"Un premier groupe de 350 réfugiés a pu franchir la frontière et rentrer en Syrie. Nous espérons que tous les 1.700 qui attendent depuis jeudi seront ce soir dans leur pays. Il y a des problèmes de procédure car des enfants sont nés au Liban et n'ont pas été enregistrés à l'ambassade de Syrie à Beyrouth", a affirmé à l'AFP soeur Agnès, une religieuse proche du régime syrien.

Jeudi, un responsable des services de sécurité libanais a indiqué de son côté que plus de 1.500 réfugiés établis à Aarsal, situé à la lisière avec la Syrie, se dirigeaient vers le poste-frontière de Masnaa pour rentrer chez eux.

Il s'agit du mouvement le plus massif de réfugiés syriens vers leur pays d'origine depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011.

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) a indiqué à l'AFP être présent à la frontière pour venir en aide à ces réfugiés qui "ont choisi de partir de leur plein gré".

Environ 47.000 Syriens sont réfugiés depuis des mois dans la localité sunnite d'Aarsal, après avoir fui les combats entre régime syrien et rebelles dans la région de Qalamoun, sur l'autre versant de la frontière.

Ils ont été pris au piège des affrontements de samedi à mercredi entre l'armée libanaise et des groupes jihadistes venus de Syrie.

Selon soeur Agnès, "1.700 hommes, femmes et enfants ont quitté jeudi les environs d'Aarsal pour la Syrie. Ils sont presque tous originaires de Qalamoun et notamment de Qara", a affirmé la religieuse, elle-même supérieure d'un monastère dans cette localité syrienne.

Soeur Agnès, impliquée dans le passé dans des médiations entre régime et rebelles, a précisé que "les autorités libanaises ont facilité les formalités de sortie pour les réfugiés" entrés au pays de manière illégale.

D'après elle, au moins 3.000 autres réfugiés à Aarsal ont demandé à retourner en Syrie.

sk/hj

PLUS:hp