NOUVELLES

Ebola: le médecin américain traité aux Etats-Unis dit aller de mieux en mieux

08/08/2014 04:57 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

Le médecin américain infecté par Ebola au Liberia et soigné aux Etats-Unis a dit vendredi aller de mieux en mieux, jugeant que son rétablissement tenait de la volonté divine.

"Je me sens plus fort chaque jour et je remercie Dieu pour la miséricorde qu'il m'a accordée pendant mon combat contre cette terrible maladie", a écrit Kent Brantly dans une lettre publiée sur le site internet de l'association caritative chrétienne pour laquelle il travaille, Samaritan's Purse.

Le médecin a pris la plume depuis l'unité spéciale de mise en quarantaine de l'hôpital universitaire Emory, en Géorgie, dans le sud-est des Etats-Unis, où il est soigné depuis samedi.

"Ma femme Amber, nos deux enfants et moi-même ne nous sommes pas installés au Liberia avec le projet spécifique de lutter contre Ebola. Nous sommes allés au Liberia parce que nous pensons que Dieu nous a demandé de Le servir à l'hôpital ELWA", a-t-il encore expliqué.

L'épidémie d'Ebola, un virus identifié pour la première fois en 1976, a fait près de 1.000 morts depuis le début de l'année sur plus de 1.700 cas présumés.

La Sierra Leone, le Liberia et la Guinée sont les pays les plus touchés. Le Nigeria vient d'annoncer ses premiers cas.

Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés. Il provoque une fièvre caractérisée par des hémorragies, vomissements et diarrhées.

"Lorsque Ebola a commencé à se répandre au Liberia, j'ai commencé à traiter de plus en plus de patients atteints de la maladie", a raconté le Dr Brantly.

"Quand j'ai commencé à me sentir malade, je me suis immédiatement isolé jusqu'à ce que le test confirme le diagnostic trois jours plus tard. Quand le résultat est arrivé et qu'il était positif, je me souviens avoir ressenti une paix profonde au-delà de tout ce qui est compréhensible", a-t-il encore indiqué.

Kent Brantly a été rapatrié samedi dernier. Une autre missionnaire américaine infectée par Ebola, Nancy Writebol, a elle été transférée mardi.

Les deux Américains reçoivent un médicament expérimental.

ksh/gde/elm

PLUS:hp