NOUVELLES

Condamnation de leaders khmers rouges: le Cambodge salue un succès, malgré des critiques

08/08/2014 06:14 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

Le Cambodge a qualifié vendredi de "succès" la condamnation à la prison à vie des deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore vivants, malgré les critiques de défenseurs des droits de l'Homme contre le tribunal de Phnom Penh parrainé par l'ONU.

L'idéologue du régime Nuon Chea, 88 ans, et le chef de l'Etat du "Kampuchéa démocratique" Khieu Samphan, 83 ans, ont été condamnés jeudi à la perpétuité pour crimes contre l'humanité, 35 ans après la chute d'un régime qui a fait quelque deux millions de morts au Cambodge entre 1975 et 1979.

"Ce jugement est plus qu'un apaisement des souffrances infligées au peuple cambodgien par les Khmers rouges. C'est également un succès commun du Cambodge et de la communauté internationale, en particulier les Nations unies", a déclaré le porte-parole du gouvernement cambodgien Ek Tha.

"Le tribunal a rendu la justice que nous attendions depuis si longtemps", a-t-il ajouté.

Mais si la communauté internationale, des Etats-Unis à l'Union européenne, et des survivants ont salué un verdict historique, le tribunal a également essuyé les critiques de défenseurs des droits de l'Homme.

C'est "trop peu et trop tard pour sauver le tribunal pour les Khmers rouges d'être considéré comme un échec", a estimé Brad Adams, responsable Asie de Human Rights Watch, notant que ce verdict avait un champ trop limité.

Pour tenter d'obtenir au moins un verdict avant la mort d'accusés octogénaires, la procédure pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, a été découpée.

Le jugement de jeudi concernait le premier "mini-procès" qui s'est concentré sur les crimes contre l'humanité liés aux évacuations forcées des villes. Un autre procès aux accusations plus large a commencé fin juillet.

"L'objectif d'obtenir la justice pour les victimes des Khmers rouges a été irrévocablement terni par les ingérences politiques du Premier ministre (cambodgien) Hun Sen, l'échec à faire aboutir d'autres dossiers, les longs délais, et une corruption généralisée", a également dénoncé Brad Adams.

Le tribunal, constamment en manque d'argent, est régulièrement critiqué pour ses lenteurs et a également été accusé de céder aux ingérences politiques, en particulier concernant deux autres dossiers impliquant des cadres moins élevés qui n'ont à ce jour pas été inculpés.

Hun Sen a clairement exprimé son opposition à la tenue d'autres procès après ceux en cours. "Le gouvernement ne s'est jamais ingéré dans les travaux du tribunal", a assuré Ek Tha.

A l'ouverture du procès de Nuon Chea et Khieu Samphan en 2011, deux autres responsables étaient dans le box des accusés, mais le ministre des Affaires étrangères Ieng Sary est mort l'an dernier et sa femme, la ministre des Affaires sociales Ieng Thirith, inapte à être jugée pour cause de démence, a été libérée en 2012.

suy-abd/ml

PLUS:hp