NOUVELLES

Examens de conduite: les jeunes réussissent mieux que leurs aînés

07/08/2014 11:06 EDT | Actualisé 08/08/2014 07:41 EDT
Peter Augustin via Getty Images

Les jeunes de 16 à 25 ans ont un meilleur taux de réussite que leurs aînés aux examens théorique et pratique de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) quand vient le temps d’obtenir leur permis de conduire.

Le Huffington Post Québec a obtenu, grâce à la Loi d’accès à l’information, une série de données concernant le taux de réussite aux examens théorique et pratique pour l’obtention d’un permis de conduire selon le groupe d’âge et par région pour l’année 2012 et 2013 (voir tableau).

Or, les données démontrent que les jeunes de 16 à 25 ans obtiennent un meilleur taux de réussite que leurs aînés. En effet, 72,27 % des jeunes ont réussi leur examen théorique, contre 68,71 % pour la portion pratique l’année dernière.

Fait intéressant, ce sont les jeunes de 16 et 17 ans qui ont fait meilleure figure aux examens avec 87 % de réussite pour la portion théorique, et 88 % lors de l’examen pratique l’année dernière.

Par contre, le taux de réussite chute dans la catégorie des 26 ans et plus. En effet, 66,73 % des 26 à 35 ans ont réussi la portion théorique, contre 55,43 % pour la portion pratique sur la route.

Or, ce sont les 55 à 65 ans qui ont obtenu le pire résultat aux deux examens de la SAAQ, et ce, avec un taux de réussite de 49,59 % pour l’examen théorique, et 42,12 % pour la portion pratique.

Notons qu’après un échec, le candidat doit attendre 28 jours avant de recommencer les examens. Il n’a pas été possible, toutefois, de connaître le pourcentage du nombre de reprises nécessaires aux examens pour obtenir un permis de conduire.

Variations régionales

Concernant le taux de réussite aux examens par direction régionale, les données montrent (voir tableau) que c’est à la direction régionale de Montréal-Montérégie-Gatineau que le taux de réussite est le plus faible avec 68,60 % à l’examen théorique, contre 59,19 % pour la portion pratique.

Pour Marc Thompson, directeur général de l’Association des écoles de conduite du Québec (AECQ), ces chiffres n’ont rien de surprenant. Il pense, par contre, qu’une des raisons du faible taux de succès à Montréal pourrait être reliée au nombre élevé d’immigrants qui se déplacent pour passer les examens de conduite, et ce, sans avoir fait de cours.

«Il faut savoir qu’un nouvel immigrant a le droit d’aller passer ses examens à la SAAQ pour obtenir son permis du Québec, sans avoir fait de cours, s’il a déjà un permis de conduire de son pays, explique-t-il. Plusieurs, par contre, vont échouer les examens.»

Du côté de la SAAQ, on explique le faible taux de réussite de la région métropolitaine entre autres par l’influence de la circulation routière.

« Il y a beaucoup de circulation à Montréal, ce qui peut provoquer un plus grand stress quand vient le temps de passer l’examen pratique sur la route», explique Gino Desrosiers, porte-parole de la SAAQ.

Rappelons que, depuis le 17 janvier 2010, les gens qui veulent obtenir un permis de conduire doivent obligatoirement s’inscrire à des cours de conduite offerts dans une école reconnue par la SAAQ.

La Loi prévoit par contre certaines exceptions notamment pour les nouveaux venus ayant déjà un permis de leur pays d’origine. Les personnes qui ont perdu leur permis pour cause de non-paiement ou de points d’inaptitude épuisés, par exemple, ne sont pas dans l’obligation de suivre un cours de conduite quand vient le temps de retrouver leur permis.

À voir ci-dessous, le tableau des taux de réussite.

Taux de réussite aux examens de la SAAQ

INOLTRE SU HUFFPOST

Des voitures hors de prix