NOUVELLES

Egypte: un symbole de la corruption sous Moubarak libéré sous caution

07/08/2014 01:41 EDT | Actualisé 07/10/2014 05:12 EDT

Un magnat de la métallurgie devenu le symbole de la corruption du régime du président déchu Hosni Moubarak a été remis en liberté sous caution jeudi, un an après que l'armée a repris le pouvoir en destituant l'islamiste Mohamed Morsi.

Ahmed Ezz, ancien secrétaire général du Parti National Démocratique (PND) de l'ex-"Raïs", a dû s'acquitter d'une caution de 10 millions d'euros pour être remis en liberté provisoire par un tribunal du Caire, ont indiqué à l'AFP des sources judiciaires.

A la tête d'un véritable empire de la métallurgie, Ezz Steel, le premier groupe industriel égyptien alors, il avait été emprisonné quelques jours après le début du mouvement de révolte populaire ayant poussé Moubarak à la démission en février 2011. Il a d'abord été accusé d'avoir détourné 60 millions d'euros de fonds publics, avant d'être renvoyé dans plusieurs autres procès.

Cette remise en liberté survient alors que d'autres membres-clés du régime de Moubarak, qui régna d'une main de fer trente années durant sur l'Egypte, sont en voie de réhabilitation aux yeux de la population, qui a massivement applaudi le retour aux affaires de l'armée. Le 3 juillet 2013 le chef de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, a destitué et fait arrêter le président islamiste Mohamed Morsi, le premier élu démocratiquement en Egypte.

Le maréchal Sissi désormais à la retraite a été élu confortablement à la présidence de l'Egypte en mai dernier, mais après avoir éliminé, y compris physiquement, toute opposition, islamiste comme libérale.

Moubarak lui-même, a été condamné à trois ans de prison pour corruption et est toujours sous le coup d'autres procès mais est sorti de prison, placé en résidence surveillé dans un hôpital militaire du Caire, sa santé étant précaire.

aha/jds/gir/cbo

PLUS:hp