NOUVELLES

Irak: des milliers de chrétiens de nouveau contraints à la fuite en raison des violences jihadistes

06/08/2014 06:06 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

Des milliers d'Irakiens chrétiens ayant déjà fui l'offensive jihadiste à Mossoul (nord), se sont vus de nouveau contraints à la fuite les jihadistes ayant attaqué trois villages où ils avaient trouvé refuge, a-t-on appris mercredi auprès du patriarche chaldéen et de témoins.

Ces déplacés avaient fui le mois dernier Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak sous contrôle depuis le 10 juin des insurgés sunnites menés par les jihadistes extrémistes sunnites de l'Etat islamique (EI), se réfugiant dans les villages de Tal Kayf, Bartella, Qaraqosh et autres localités voisines.

Dans le village de Alya Rash, sur la route reliant Mossoul à Erbil, capitale du Kurdistan autonome (plus à l'est), un attentat suicide à la voiture piégée a visé un barrage des forces de sécurité kurdes (peshmerga) tuant l'un de leurs membres.

"Les peshmerga ont identifié un kamikaze et ouvert le feu pour l'arrêter mais il était suffisamment près quand il a fait détoner sa bombe, tuant un peshmerga et blessante 13 autres", a indiqué une source des services de sécurité kurdes.

Selon des témoins, au moins un soldat kurde est mort dans l'attaque. Selon eux, le véhicule du kamikaze était une Humvee que les jihadistes du groupe extrémiste sunnite de l'Etat islamique (EI) auraient pris à l'armée irakienne.

Des sources des peshmerga et de la communauté chrétienne ont fait état de bombardements sur plusieurs localités de la région ces derniers jours, le patriarche chaldéen Louis Sako évoquant au moins un mort, Lajin Hekmat, employé de la principale église de Tal Kayf, à la périphérie nord de Mossoul.

"De nombreuses familles ont fui ces derniers jours la localité de Bartella", a dit M. Sako à l'AFP, ajoutant que la population craignait une grosse bataille, après l'offensive jihadiste sur Sinjar (environ 150 km à l'ouest).

Hanna Aziz Paulus, un habitant de Tal Kayf, a confirmé que la localité avait été visée par des bombardements.

Plusieurs milliers de civils notamment de la communauté yazidie et d'autres minorités ont dû quitter leurs foyers le weekend dernier, quand les jihadistes de l'EI ont chassé les forces kurdes notamment de la ville de Sinjar, située à 50 km de la frontière syrienne et bastion de la minorité yazidie, une communauté kurdophone depuis longtemps vulnérable.

La prise de Sinjar dimanche par l'EI a poussé des milliers de personnes - jusqu'à 200.000 selon l'ONU - à fuir dans la panique.

Le patriarche Sako a dit avoir envoyé cette semaine un nouveau message au pape François réclamant une mobilisation urgente pour protéger une des communautés chrétiennes les plus anciennes du monde.

"Les chrétiens sont isolés, ils ont peur et sont conscients du fait que face à un tel développement soudain, tout peut arriver", a dit le patriarche dans son message.

str-ak/jmm/feb/hj

PLUS:hp