BIEN-ÊTRE

Du Laurier BBQ au Laurea (PHOTOS)

06/08/2014 01:31 EDT
James Brittain

Au 381 avenue Laurier Ouest, le mythique Laurier BBQ a laissé sa place au Laurea, splendide nouveau repère des amateurs de voyages: des voyages culinaires et architecturaux qui, à en croire leurs créateurs, auront vite fait de nous transporter dans un univers indescriptible, intemporel et chaleureux où goût et simplicité seront rois.

Le rêve de Hakim

À 33 ans, le chef Hakim Chajar en a fait du chemin avant de se retrouver derrière SA cuisine du Laurea. L’élément déclencheur de sa passion pour la cuisine? Un voyage en Europe, le sac au dos et les papilles toutes prêtes à découvrir, rencontrer et déguster la cuisine de divers lieux, de divers pays. Puis une bourse Relais & Châteaux, du perfectionnement en France, en Espagne, dans la vallée de Napa, la compétition Les Chefs et la rencontre avec Daniel Vézina, entre autres.

«Avoir été chef de cuisine au Laurie Raphaël et avoir travaillé avec Daniel Vézina m’a permis de me centrer, de me retrouver et de m’organiser. Cela m’a aussi permis d’évoluer dans ma maturité. Quand tu as la chance de côtoyer des gens qui ont tant d’expérience, tu essaies d’éponger au maximum, de comprendre un peu comment ils voient les choses, explique-t-il. Maintenant, je suis dans mon propre bateau. C’est excitant, c’est l’fun! Tous les cuisiniers qui se sont engagés dans cette équipe-là aujourd’hui sont extraordinaires, je suis choyé. Il y a des gens que je connais depuis des années, ce sont plus que des amis, je les considère comme des frères.»

Sa philosophie, son approche, son attitude et sa personnalité riment toutes au son d’un seul et même désir: la simplicité. «La vedette, ce n’est pas moi, c’est le produit. Alors, on doit éviter de trop le tripoter, de trop le transformer. J’ai une devise: le goût, le goût, le goût! Au final, il faut que ça soit bon. On ne va pas réinventer la roue, de toute façon tout existe déjà. Tout est dans l’assaisonnement et la juste cuisson, il n’y a pas à chercher plus loin», ajoute le sympathique chef.

Le menu du Laurea sera appelé à varier selon les saisons, les produits, le climat.

«La nature nous parle. Tout est dans la simplicité et la répétition. Si aujourd’hui il y a 100 personnes, il faut que les 100 personnes goûtent la même chose; l’assaisonnement, la bonne température des aliments… Et le lendemain, il faudra répéter autre chose. C’est ce qu’il y a de plaisant en cuisine, ce n’est jamais gagné, c’est toujours à recommencer. J’aime avoir cette chance de travailler avec quelque chose qui est récolté avec mes mains. Et celle de travailler avec des gens extraordinaires qui essaient tous d’amener le produit à son top.»

Chef d’orchestre dont le mandat est d’amener son équipe dans la même direction, Hakim se qualifie lui-même d’intransigeant lorsqu’il est question de constance. «L’assiette, c’est votre carte de visite. Par l’assiette, par l’assaisonnement, par la propreté, par tout ce qui entoure, le client vient à la rencontre du cuisinier. En voyant mon plat, il se dira: Tiens, ce chef est marocain!»

Ce qui l’enchante le plus dans le projet du Laurea? «De pouvoir continuer à m’exprimer comme j’ai appris à le faire avec ces grands chefs avec qui j’ai travaillé. De pouvoir aussi redonner aux autres ce qu’on m’a donné et ce qu’on m’a appris. Bien sûr, m’entourer d’une équipe extraordinaire et puis, surtout, avoir des clients happy.»

Des clients happy qui auront d’ailleurs la chance de prendre un verre, de discuter et de bien manger tout en admirant Hakim Chajar en action, lui qui se retrouvera chaque soir derrière le comptoir de sa jolie cuisine ouverte.

(Le texte se poursuit sous la galerie)

Restaurant Laurea

Une vision d’intemporalité

Il y a fort à parier que le concept et le design du nouveau Laurea feront des vagues, et de belles vagues, et ce sera tout à l’honneur de la designer Rebecca Bourque. Le lobby, bar à cocktails et bar à huîtres et les jolies lumières au système de poulies, c’est elle! Au deuxième étage, la magnifique cour intérieure au toit rétractable, c’est aussi grâce à elle. Le long bar, la cuisine ouverte, la table des chefs, les bancs d’église, les tables en bois recyclé, toujours ses idées!

«Dans ce projet, j’ai eu carte blanche. Bien sûr, il fallait lire les grandes lignes du lieu. Comme je fais surtout du résidentiel dans la vie, les gens qui viennent ici reconnaissent ce que je fais. C’est chaleureux, c’est intemporel, ça vieillit bien dans le temps, dit la principale intéressée. J’ai beaucoup voyagé, alors j’ai eu envie que l’on ne sache pas vraiment dans quel pays on se trouve en entrant au Laurea. Au deuxième étage, on pourrait être en Espagne, dans une cour intérieure en France, on pourrait être en Italie, à New York, à Chicago, à Montréal. C’est exactement ce que je voulais.»

C’est son travail avec des produits et des artisans locaux, des éléments récupérés, recyclés et retransformés qui apporte cet effet intemporel. «On se demande: Est-ce que ça existait avant?»

«Hakim fera vivre une expérience culinaire aux gens, alors il fallait faire aussi qu’ils vivent une expérience intéressante au niveau de l’architecture et du design. Je ne pouvais pas faire les choses à moitié. Pour lui et pour moi, notre endroit de rêve ressemblait à cela. C’est parfait.»

INOLTRE SU HUFFPOST

10 restos à essayer à Montréal cet été