NOUVELLES

Ukraine: HRW reproche aux séparatistes d'entraver le traitement des civils

05/08/2014 04:07 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

Les séparatistes de l'est de l'Ukraine, en occupant des hôpitaux et en saisissant ambulances et médicaments, empêchent les civils d'être soignés, a dénoncé mardi l'ONG Human Right Watch, qui a également appelé les forces ukrainiennes à ne pas frapper les hôpitaux.

"Les attaques des insurgés prorusses contre les unités et le personnel médicaux créent des risques pour les malades et les plus vulnérables", a dénoncé Ioulia Gorbounova, représentante de HRW, citée dans un communiqué.

L'organisation explique que les règles qui régissent les conflits prévoient des protections spéciales pour les hôpitaux et autres unités médicales.

Elle affirme que les séparatistes ont à plusieurs reprises saisi des ambulances pour transporter leurs combattants, notamment à Slaviansk et Donetsk. Ils ont également, selon elle, pris le contrôle de certains services hospitaliers (également à Donetsk et Slaviansk) et de médicaments pour soigner leurs troupes, au détriment des patients civils.

HRW reproche aussi aux insurgés de placer des hommes armés en nombre pour assurer la sécurité d'unités médicales, au risque d'en faire "des cibles militaires".

L'ONG s'inquiète de tirs d'artillerie qui ont frappé au moins cinq hôpitaux dans l'est de l'Ukraine depuis juin, tuant deux personnes parmi le personnel médical.

"Les circonstances de ces attaques, la plupart dans des zones sous contrôle rebelle, suggèrent que les forces gouvernementales (ukrainiennes) sont responsables, mais des enquêtes sont nécessaires pour déterminer si ces attaques constituent des violations des lois humanitaires", note HRW, qui appelle Kiev à "adhérer strictement aux lois humanitaires internationales".

Dans un autre rapport publié le 25 juillet, HRW avait dénoncé l'emploi par les forces ukrainiennes de roquettes Grad, arme imprécise qui frappe de vastes zones, dans des zones habitées.

gmo/lap/jh

PLUS:hp