NOUVELLES

La Russie envisage d'interdire les vols de transit par son territoire (journal)

05/08/2014 09:56 EDT | Actualisé 05/10/2014 05:12 EDT

La Russie étudie la possibilité de limiter, voire d'interdire le survol de la Sibérie par les compagnies aériennes occidentales assurant des liaisons avec l'Asie, en réponse aux sanctions prises à son encontre, rapporte mardi le journal russe Vedomosti.

Selon le quotidien, qui cite une source proche des discussions, les autorités russes ont entamé une réflexion sur cette éventuelle restriction dès que l'Union européenne et les États-Unis ont adopté leurs premières sanctions à l'encontre de Moscou en raison de son rôle dans la crise ukrainienne.

L'arrêt dimanche, en raison des sanctions, des activités de Dobrolet, la filiale low-cost de la compagnie aérienne russe Aeroflot qui assurait les liaisons entre Moscou et Simféropol en Crimée, a relancé les discussions sur le sujet.

Selon le journal, les ministères russes des Transports et des Affaires étrangères mènent actuellement des consultations sur cette question, mais aucune décision n'a été prise à ce stade.

Sans donner de précisions, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a estimé mardi que la Russie devait commencer à réfléchir aux éventuelles mesures à apporter aux sanctions occidentales.

"Nous avons besoin de discuter des réponses possibles" à ces sanctions, a-t-il indiqué lors d'une réunion avec le ministre des Transports et un haut responsable d'Aeroflot, cité par l'agence officielle Itar-Tass.

Aeroflot s'est pour sa part refusé à faire tout commentaire.

Pour les vols en provenance d'Europe vers l'Asie, les compagnies aériennes utilisent aujourd'hui le corridor transsibérien, itinéraire le plus court et par conséquent le plus économique. La redevance versée pour ces survols rapporte près de 300 millions de dollars par an à Aeroflot, selon Vedomosti.

pop/bb/gbh

AEROFLOT

PLUS:hp