NOUVELLES

Indonésie: un influent imam radical soutient les jihadistes de l'EI en Irak et Syrie

05/08/2014 04:50 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

Abou Bakar Bachir, un influent imam radical indonésien en prison, a prêté allégeance aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) qui contrôlent des régions d'Irak et de Syrie, a indiqué mardi un groupe radical.

Cette information intervient alors que les autorités de l'Indonésie, pays d'Asie du Sud-est totalisant le plus grand nombre de musulmans au monde, ont annoncé avoir pris des mesures pour empêcher tout soutien à l'EI, qui a proclamé fin juin un "califat" sur les territoires qu'il contrôle, du nord de la Syrie à l'est de l'Irak.

Le Jemaah Anshorut Tauhid (JAT), un groupuscule radical fondé par Bachir et qui prône l'établissement d'un Etat islamique en Asie du Sud-Est, a confirmé que l'influent imam avait prêté allégeance au "califat" de l'EI.

Agé de 75 ans, Bachir a "prêté allégeance avec d'autres prisonniers peu après l'annonce du nouveau califat", a déclaré à l'AFP le leader du groupuscule, ajoutant que l'imam avait appelé tous ses partisans à en faire de même.

Selon certaines informations, la déclaration d'allégeance aurait eu lieu dans la salle de prières d'une prison de haute sécurité sur l'île de Sumatra, où l'imam purge une peine de 15 ans de détention.

Considéré comme le porte-voix de la mouvance radicale islamiste, Bachir avait été condamné en 2011 pour avoir apporté une aide financière au groupuscule "Al Qaïda à Aceh", qui s'entraînait dans la jungle de la province d'Aceh, à la pointe nord de l'île de Sumatra.

L'Indonésie avait été précipitée dans sa propre "guerre contre le terrorisme" par les attentats de Bali en 2002 (202 morts). Mais l'archipel n'a pas connu d'attentat majeur depuis ceux qui ont fait neuf morts en juillet 2009 dans des hôtels de luxe à Jakarta.

Les actes terroristes, qui auparavant visaient des étrangers, ont dorénavant des cibles indonésiennes, telles la police ou des minorités religieuses. La plupart des musulmans en Indonésie sont sunnites, et la violence sectaire opposant ces derniers aux chiites a augmenté ces dernières années.

str-prm/sr/bfi/fw

PLUS:hp