NOUVELLES

Thaïlande: un ancien ministre risque 14 ans de prison pour avoir défié la junte

04/08/2014 07:34 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

Un ancien ministre du gouvernement renversé par la junte en Thaïlande a été inculpé lundi par un tribunal militaire pour diverses accusations passibles d'un total de 14 années de prison, a indiqué lundi son avocat.

Chaturon Chaisang, ministre de l'Education du gouvernement déchu, a été inculpé pour incitation à la violence (passible de sept ans de prison), violation de la loi sur les crimes informatiques (cinq ans) et refus de se rendre à une convocation de la junte (deux ans), a précisé à l'AFP Narinpong Jinapak. Il a été laissé libre sous caution.

L'ancien ministre fait partie des centaines de personnalités, responsables politiques, universitaires ou journalistes, convoquées par la junte après le coup d'Etat du 22 mai. La plupart d'entre eux s'étaient rendus à cette convocation et avaient été détenus pendant plusieurs jours dans des lieux tenus secrets, avant d'être libérés en s'engageant à ne plus faire de politique.

Mais Chaturon avait refusé de se rendre à cette convocation, mettant en avant des raisons de "conscience". Il avait été arrêté sous les yeux de la presse internationale fin mai, avant d'être libéré sous caution quelques jours plus tard.

La junte, qui a exclu des élections avant l'automne 2015, a suspendu la démocratie et largement limité les libertés individuelles, interdisant les manifestations et imposant un strict contrôle sur les médias.

L'armée a expliqué avoir pris le pouvoir pour mettre un terme à sept mois de manifestations meurtrières contre le gouvernement de Yingluck Shinawatra, soeur de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par le précédent coup d'Etat en 2006.

Depuis cette date, la Thaïlande est engluée dans une série de crises politiques mettant en scène les ennemis et les partisans de Thaksin, qui reste malgré son exil le personnage le plus aimé et le plus haï du royaume.

tp-abd/fw

PLUS:hp