NOUVELLES

Nicaragua : un ancien ministre sanctionné par le Vatican peut redevenir prêtre

04/08/2014 05:14 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

L'ancien prêtre et ministre des Affaires étrangères du Nicaragua Miguel D'Escoto s'est félicité lundi de la révocation par le pape de sa suspension a divinis imposée en 1985 par le Vatican en raison de ses activités politiques et qui l'empêchait d'exercer son sacerdoce.

"Je me réjouis de pouvoir à nouveau célébrer la messe", a déclaré à la presse Miguel D'Escoto, 81 ans, après avoir pris connaissance de la décision du pape François.

Le religieux avait exprimé au souverain pontife son souhait de pouvoir à nouveau célébrer l'eucharistie "avant de mourir", ce qui lui a été accordé par le pape argentin, selon des médias locaux.

Cette suspension a divinis lui avait été imposée par le pape Jean Paul II lorsqu'il était ministre des Affaires étrangères (1980-1990) dans le gouvernement du président sandiniste Daniel Ortega, dirigeant de la guérilla de gauche ayant mis fin à la dictature de la famille Somoza en 1979.

A sa première arrivée à la présidence en 1979, M. Ortega avait inclus dans son gouvernement des prêtres de la "théologie de la libération", malgré l'opposition du Vatican : outre Miguel D'Escoto, son gouvernement comptait également Fernando Cardenal, ministre de l'Education, et son cousin, le poète Ernesto Cardenal, ministre de la Culture, également suspendus.

Opposé à l'Eglise pendant la guerre civile dans les années 1980, celle-ci étant alors accusée de soutenir l'opposition de droite et proaméricaine au gouvernement sandiniste, M. Ortega avait officiellement scellé en 2004 la réconciliation du clergé avec le Front sandiniste de libération nationale (FSLN, gauche).

A ce titre, il avait demandé en 2007 l'autorisation au Vatican d'intégrer dans un nouveau gouvernement l'ancien archevêque Miguel Obando en tant que coordinateur de la Commission de réconciliation et de paix.

Lundi, Miguel D'Escoto, qui avait été élu président de l'Assemblée nationale des Nations unies en juin 2008, a manifesté sa volonté de célébrer sa première messe en présence de Mgr Obando, qui a abandonné toutes fonctions au sein de l'Eglise en raison de son âge.

Né à Los Angeles (Californie), M. D'Escoto est le fils d'un diplomate nicaraguayen. Ordonné prêtre dans la congrégation Maryknoll, il a été membre du Conseil mondial des églises.

jr/on/yow/hdz/bds

PLUS:hp