NOUVELLES

Le sauvetage de BES protège les clients et les contribuables (Premier ministre)

04/08/2014 10:19 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho a estimé lundi que le sauvetage de la banque Espirito Santo (BES) grâce à l'injection de fonds publics protégeait les intérêts de ses clients comme ceux des contribuables.

La Banque du Portugal a décidé dimanche soir de transformer la partie saine de BES en une nouvelle banque bénéficiant d'un capital de 4,9 milliards d'euros, financé à hauteur de 4,4 milliards par un prêt de l'Etat portugais, tandis les actifs toxiques sont laissés entre les mains de ses actionnaires.

Cette solution est "celle qui défend le mieux les contribuables mais aussi les clients particuliers et les entreprises qui travaillaient avec BES", a déclaré le chef du gouvernement de centre droit, s'exprimant devant les médias pendant ses vacances dans le sud du pays.

"Il est essentiel de faire passer un message de tranquillité concernant la solution adoptée. C'est celle qui permet le mieux de garantir que les contribuables ne seront pas appelés assumer les pertes provoquées par la mauvaise gestion de BES", a-t-il insisté.

La nouvelle institution financière, baptisée "Novo Banco", est entièrement détenue par le Fonds de résolution alimenté par les banques portugaises, qui a mobilisé 500 millions d'euros et emprunté 4,4 milliards d'euros à l'Etat pour renflouer le capital de la banque.

Puisé dans l'enveloppe de 12 milliards d'euros allouée à la recapitalisation des banques dans le cadre du plan de sauvetage international accordé au Portugal en mai 2011, cet argent public devra être remboursé par le Fonds de résolution chargé à terme de revendre "Novo Banco".

"Je n'ai aucune raison de penser que la vente de la nouvelle banque posera problème puisqu'il y avait déjà un intérêt d'autres banques européennes pour la BES et cet intérêt devrait augmenter" avec la mise à l'écart des actifs à problème, a estimé M. Passos Coelho.

tsc/ode/fw

PLUS:hp