NOUVELLES

Juncker: on n'a pas encore passé "le cap" de la crise en Europe

04/08/2014 07:29 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

L'Europe n'a pas encore passé "le cap" de la crise mais il y a eu des progrès, a déclaré lundi à Athènes le président de la nouvelle Commission européenne Jean-Claude Juncker lors de sa première visite officielle dans un Etat membre.

"Je crois qu'on a déjà effectué un long chemin et on est vers la fin mais on n'a pas encore passé le cap", a estimé Jean-Claude Juncker lors de cette visite à caractère symbolique en Grèce après son élection récente à la tête de la Commission européenne.

Répondant à une question lors d'une conférence de presse sur la situation au Portugal, le président de la nouvelle commission européenne a affirmé qu'elle "restait fragile et qu'il fallait être vigilant".

"Il faut rester vigilant (...) à travers l'Europe, on pourrait être affectée par des choses qu'on n'est pas en mesure de prévoir", a mis en garde Jean-Claude Juncker en faisant allusion à la banque portugaise en difficulté Espirito Santo (BES), qui avait récemment secoué les marchés européens.

La Commission a donné dans la nuit de dimanche à lundi son feu vert pour le renflouement par l'Etat portugais de la BES, une solution visant à "rétablir la confiance dans la stabilité du système financier" du Portugal, selon l'UE.

Pour faire face à la crise, M. Juncker a souligné que "la rigueur budgétaire" devrait se poursuivre.

"Je ne dis pas que la rigueur budgétaire est parvenue à son terme, la rigueur reste d'actualité dans ce pays (la Grèce) comme dans d'autres", a-t-il ajouté à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre grec Antonis Samaras.

L'ancien patron de la zone euro qui avait piloté l'octroi des deux prêts internationaux à la Grèce, première victime de la crise de la dette en 2010, a rappelé qu'il avait lutté à l'époque "comme un lion" pour maintenir ce pays dans la zone euro.

"Nous avons besoin de la discipline budgétaire et de crédibilité financière mais il faut aussi oeuvrer pour la croissance", a encore dit M. Juncker.

En amont de sa visite en Grèce, il avait rappelé vendredi à Bruxelles que sa "priorité en tant que président de la Commission était la croissance, l'emploi et l'investissement".

jph/hec/jeb

PLUS:hp