NOUVELLES

Ebola: la Banque mondiale promet 200 millions de dollars d'aide aux pays touchés

04/08/2014 05:39 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

La Banque mondiale va mobiliser 200 millions de dollars en urgence pour aider la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone à contenir l'épidémie d'Ebola, indique un communiqué publié lundi à Washington.

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, lui-même médecin spécialisé dans les maladies infectieuses, a exprimé son inquiétude en affirmant que "de nombreuses vies sont en danger si on ne parvient pas à stopper l'épidémie d'Ebola dans son élan".

"Je surveille en permanence l'effet meurtrier de la maladie et je suis très attristé de voir qu'elle touche des travailleurs médicaux, des familles et des communautés", a déclaré le patron de la Banque mondiale (BM) dans un communiqué.

Lors d'une conférence téléphonique, Jim Yong Kim a précisé qu'il soumettrait rapidement ce programme d'urgence au vote du Conseil d'administration de la Banque mondiale dont il avait déjà "le ferme soutien". Une décision formelle pour le déboursement de cette aide devrait être annoncée à la fin de la semaine, a précisé Makhtar Diop, vice-président de la BM pour l'Afrique.

Lundi la fièvre hémorragique avait tué 887 personnes en Afrique de l'Ouest, selon un dernier bilan de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L'annonce de cette aide d'urgence a été faite au cours de la première journée d'un sommet Etats-Unis/Afrique qui se tient à Washington et réunit les délégations d'une cinquantaine de pays africains, dont 35 présidents.

Les financements iront à des actions à court terme de soutien médical mais aussi à des actions à long terme de soutien économique, budgétaire et social, a ajouté le président de la Banque mondiale.

Les pays touchés "sont tous des Etats fragiles (...) qui ont besoin d'une réponse rapide", a en outre affirmé M. Diop.

"Ils nous ont dit: +nous avons besoin de tout+", a déclaré M. Kim.

La campagne d'aide sera menée en "étroite coordination" avec l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les fonds seront apportés aux gouvernements mais transiteront également par l'OMS, ont précisé les deux responsables.

Les financements à court terme iront à l'achat de matériel médical, au paiement du personnel soignant ainsi qu'à la mise en place d'un système de veille médicale et de laboratoires dans les régions touchées, précise le communiqué.

L'aide financière sera aussi consacrée à aider les communautés économiquement affectées par l'impact de la maladie, précise la Banque mondiale.

Une première évaluation réalisée par l'institution de développement et le Fonds Monétaire International (FMI) assure que la Guinée pourrait perdre un point de croissance de son Produit Intérieur brut (PIB) qui passerait de 4,5% à 3,5% à cause de l'épidémie.

Il est trop tôt pour évaluer l'impact économique de la maladie dans les autres pays, a indiqué M. Diop ajoutant qu'une estimation serait effectuée dans les semaines qui viennent, notamment en terme d'impact sur le tourisme, le commerce et les importations.

Dans les trois pays touchés, on observe que l'agriculture est affectée, les travailleurs agricoles fuyant les régions atteintes, tandis que le commerce transfrontalier est ralenti, que des mines ont été fermées et que des vols ont été annulés.

vmt/gde

PLUS:hp