NOUVELLES

Coupe Rogers 2014 : la Montréalaise Françoise Abanda offre un aperçu de son potentiel

04/08/2014 08:11 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT
Streeter Lecka via Getty Images
MONTREAL, QC - AUGUST 04: Francoise Abanda of Canada returns a shot to Dominika Cibulkova of Slovakia during the Rogers Cup at Uniprix Stadium on August 4, 2014 in Montreal, Canada. (Photo by Streeter Lecka/Getty Images)

MONTRÉAL - La jeune Françoise Abanda a pris la mesure de ce qui la sépare encore des meilleures joueuses du circuit professionnel féminin, lundi soir, sur le court central du Stade Uniprix. Et la Montréalaise de 17 ans a réalisé qu'elle devra améliorer sa résistance physique.

Pour sa première présence au tableau principal de la Coupe Rogers, Abanda a offert toute une opposition à la Slovaque Dominika Cibulkova, 12e joueuse mondiale et 10e tête de série. Elle s'est finalement inclinée 6-1, 3-6, 6-0 mais non sans s'être bien battue pendant une heure et 46 minutes.

La Blainvilloise Aleksandra Wozniak a par la suite subi la loi de l'Américaine Sloane Stephens lors de ce programme double tout québécois sur le court central.

Wozniak n'a jamais été en mesure d'inquiéter Stephens et elle a subi l'élimination en deux petits sets de 6-3, 6-0 et à peine une heure de jeu.

Mais cette belle soirée d'été aura permis aux amateurs de tennis présents de mesurer le potentiel d'Abanda.

«C'est un match qui va m'aider dans le futur, a-t-elle reconnu en salle d'entrevue. Je ne joue pas souvent contre des filles du top-10 mondial.»

Et si elle a montré de belles aptitudes au deuxième set, qu'elle a remporté en semant le doute dans l'esprit de son adversaire, elle a avoué qu'elle a manqué d'énergie au troisième.

«Je n'étais évidemment pas la favorite aujourd'hui. Alors, je suis contente d'avoir pu gagner le deuxième set. Mais je pense que j'ai manqué de jus au troisième. Si le match avait pu se terminer au deuxième set, j'aurais apprécié, a-t-elle dit en rigolant. Mais il fallait que j'en joue un autre.

«Physiquement, il faut que je m'améliore. Comme je l'ai dit, je n'ai pas l'habitude de jouer contre de filles de ce niveau, qui sont très résistantes. Je sais maintenant quoi travailler pour aller gagner des matchs comme celui-là.»

Sans doute un peu trop fébrile en première manche — elle a perdu son service quatre fois et commis 13 fautes directes —, Abanda s'est décomplexée en deuxième manche et a brisé la Slovaque trois fois pour mettre de la pression sur sa rivale.

Tirant rapidement de l'arrière 4-1, Cibulkova a alors paru tellement déstabilisée que son entraîneur Matej Liptak lui a rendu visite lors de la pause. Mais Abanda a achevé le travail et enlevé le set.

Au dernier set, l'expérience de Cibulkova a toutefois fait la différence.

Abanda, qui a atteint les demi-finales chez les juniors à Roland-Garros cette année, veut se hisser parmi les 150 meilleures joueuses professionnelles d'ici la fin de l'année. Elle occupe présentement le 209e rang, son meilleur classement à vie.

«Il y a les Internationaux des États-Unis qui arrivent. C'est une autre opportunité de bien faire.»

Sanchez Vicario à l'honneur

Le programme de la soirée, entre les deux matchs de simple sur le court central, a été ponctué d'une cérémonie au cours de laquelle l'Espagnole Arantxa Sanchez Vicario, ex-numéro un mondiale et double championne de l'événement, a été intronisée au Temple de la renommée de la Coupe Rogers.

En plus de ses victoires en 1992 et 1994, Sanchez Vicario a également atteint la finale à trois reprises.

Plusieurs grands noms du tennis, qui ont marqué l'histoire du tournoi canadien, sont déjà membres du Temple de la renommée de la Coupe Rogers, dont Robert Bédard, Roy Emerson, Ivan Lendl, Martina Navratilova, John McEnroe, Boris Becker, Monica Seles, Carling Bassett-Seguso, Andre Agassi et Chris Evert.

INOLTRE SU HUFFPOST

Coupe Rogers 2014