NOUVELLES

Un navire de la Marine Royale a commencé à évacuer des Britanniques de Libye

03/08/2014 08:19 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

Un navire de la Royal Navy a commencé à évacuer dimanche des Britanniques se trouvant en Libye, pays actuellement en proie à des violences meurtrières, a déclaré un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.

L'opération "pour les aider à partir est actuellement en place", a précisé le porte-parole.

Il a souligné que d'autres informations seront données ultérieurement, une fois tous les passagers à bord et le navire dans une zone sécurisée.

Ce bâtiment pourra aussi prendre à son bord des ressortissants d'autres pays souhaitant quitter la Libye, a souligné une source gouvernementale.

La chaîne de télévision Sky News avait annoncé samedi que la Royal Navy avait envoyé l'HMS Enterprise près des côtes libyennes et que celui-ci pourrait mouiller dès dimanche au large de Tripoli.

Des bateaux protégés par des Royal Marines devraient se rendre dans le port de Tripoli pour y recueillir les Britanniques et les déposer sur le navire de la Marine Royale, avait expliqué Sky News.

L'opération devrait ressembler à celle déclenchée en 2011, pendant le soulèvement qui a abouti, après l'intervention militaire de plusieurs pays occidentaux, à la chute et à l'exécution de Mouammar Kadhafi. Un bâtiment de la Marine britannique avait alors évacué des étrangers.

De 100 à 300 Britanniques se trouveraient aujourd'hui en Libye.

L'ambassadeur de Grande-Bretagne à Tripoli Michael Aron a annoncé vendredi qu'il avait décidé "avec regret" de partir rapidement en raison des combats en cours dans la capitale et de l'absence de sécurité.

L'ambassade a prévu de suspendre ses activités à partir de lundi et organisé le départ des ressortissants britanniques.

En deux semaines, les violences en Libye ont fait au moins 200 morts et un millier de blessés, selon le ministère de la Santé.

Les divisions entre islamistes et nationalistes, qui minent depuis des mois la vie politique, se transposent sur le terrain, avec des combats entre milices rivales.

C'est le cas à Tripoli, où des tirs et des explosions ont à nouveau résonné samedi sur la route de l'aéroport. Des affrontements ont eu lieu aussi dans plusieurs quartiers du sud de la capitale.

rjm-sds/jeb

PLUS:hp