NOUVELLES

Toxines dans le lac Érié : 400 000 personnes privées d'eau potable à Toledo (PHOTOS)

03/08/2014 08:31 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
This satellite image provided by NOAA shows the algae bloom on Lake Erie in 2011 which according to NOAA was the worst in decades. The algae growth is fed by phosphorus mainly from farm fertilizer runoff and sewage treatment plants, leaving behind toxins that have contributed to oxygen-deprived dead zones where fish can't survive. The toxins can kill animals and sicken humans. Ohio's fourth-largest city, Toledo, told residents late Saturday Aug. 2, 2014 not to drink from its water supply that was fouled by toxins possibly from algae on Lake Erie. (AP Photo/NOAA)

Des toxines qui pourraient provenir d'une prolifération d'algues bleu-vert dans le lac Érié ont été détectées dans le système d'eau potable de Toledo en Ohio. Les autorités ont émis un avertissement aux résidents pour leur dire de ne pas boire l'eau du robinet et le gouverneur de l'État a déclaré l'état d'urgence.

La ville recommande à environ 400 000 résidents de Toledo, la plupart dans les banlieues et dans quelques secteurs du sud-est du Michigan, de ne pas se laver les dents ou de ne pas faire bouillir l'eau ce qui ne ferait qu'augmenter la concentration de toxines.

Le maire a aussi averti les résidents de ne pas laisser les enfants prendre des douches ou des bains et de ne pas donner d'eau du robinet aux animaux.

Toledo a émis l'avertissement lorsque des analyses sur deux échantillons prélevés dans une usine de traitement des eaux ont montré la présence trop élevée de microcystine.

Les proliférations d'algues deviennent de plus en plus fréquentes pendant l'été et posent particulièrement problème dans l'ouest du lac Érié, le moins profond des cinq Grands Lacs.

La prolifération des algues est due à la présence de phosphore qui provient des fertilisants utilisés en agriculture et aux usines de traitements des eaux d'égout.

Pas de prolifération côté ontarien

Une porte-parole du ministère de l'Environnement de l'Ontario dit que la prolifération d'algues n'est pas arrivée dans les eaux de la province et que la qualité de l'eau potable des municipalités qui la puise dans le lac Érié n'est pas compromise.

« L'eau potable de l'Ontario est l'une des mieux protégée et analysée en Amérique du Nord », affirme Kate Jordan dans un courriel aujourd'hui. « Les usines de traitement des eaux de Chatham-Kent et Elgin analysent régulièrement l'eau pour des microcystines et aucune n'a été détectée », ajoute-t-elle.

Mary Muter, du Sierra Club, un organisme de défense de l'environnement, croit toutefois que la province n'a pas les ressources suffisantes pour surveiller la situation correctement à cause de compressions budgétaires successives.

« Il y a des endroits du côté canadien des Grands Lacs où des avis sanitaires ont été émis à cause de la prolifération de la même algue bleu-vert, à plus petite échelle, mais avec la présence de la même microcystine dans l'eau, rendant l'eau inutilisable », affirme-t-elle.

La plupart des usines de traitement des eaux sur la rive ouest du lac Érié traitent l'eau pour combattre l'algue. Toledo a dépensé environ 4 millions de dollars l'an dernier pour acheter des produits chimiques afin de traiter l'eau et éliminer les toxines.

INOLTRE SU HUFFPOST

Problème d'eau potable à Toledo (USA)