NOUVELLES

Ventes en baisse pour tous les quotidiens français, sauf les Echos et le Figaro

02/08/2014 07:28 EDT | Actualisé 02/10/2014 05:12 EDT

La plupart des quotidiens nationaux payants français ont vu leur diffusion baisser au premier semestre 2014, à l'exception des Echos et du Figaro, qui augmentent légèrement leurs ventes, en pleine crise de la presse écrite.

Le Figaro, quotidien conservateur, reste en tête du classement, avec 323.473 exemplaires vendus tous les jours depuis le début de l'année, soit une hausse de 0,19% par rapport à la même période en 2013, selon les chiffres publiés par l'OJD, l'association professionnelle de la presse.

Les Echos, principal quotidien économique, affichent la plus grosse augmentation avec une progression des ventes de 1,32% par rapport à janvier-juin 2013 et 124.423 exemplaires vendus chaque jour depuis début 2014.

Les quotidiens populaires Le Parisien (-8%), Aujourd'hui en France (-7,20%), eux, n'échappent à la baisse générale. Le quotidien catholique de centre-gauche La Croix parvient à limiter la casse avec 96.133 exemplaires vendus, soit une diminution de ses ventes de 2,09%.

Celles du Monde, quotidien de référence de centre-gauche, sont presque stables, avec une baisse de 0,31%, malgré la crise traversée ces derniers mois par le journal avec la contestation d'une plan de mobilité visant à poursuivre la transition numérique et la démission en mai de sa directrice Natalie Nougayrède notamment.

L'Equipe, quotidien sportif, et Libération, journal de gauche, accusent les plus fortes baisses avec respectivement -10,56% et -9,41% par rapport à l'année dernière.

Malgré un effet "Mondial" qui a débuté au mois de juin avec la Coupe du Monde, le quotidien sportif a vendu 216.017 exemplaires par jour depuis le début de l'année.

Avec 93.731 exemplaires vendus tous les jours, Libération voit ses ventes diminuer. Menacé de faillite, le journal a été recapitalisé jeudi à hauteur de 18 millions d'euros et veut bâtir un nouveau Libération, avec l'arrivée du tandem Laurent Joffrin et Johan Hufnagel à sa tête, chargé de redresser les ventes, en baisse depuis un an.

Vendredi, les actionnaires avaient indiqué miser sur une cinquantaine de départs, avec l'ouverture d'une clause de cession pour les journalistes. "Mais ça m'étonnerait qu'on les atteigne", avait toutefois précisé le président du directoire François Moulias.

Dans une tribune publiée dans l'édition du week-end du journal, Laurent Joffrin et François Moulias écrivent que "l'équilibre économique de Libération suppose une réduction de ses effectifs d'environ 60 personnes".

Précisant que la direction souhaite des départs "sur la base du volontariat", les deux cogérants du journal soulignent que "l'objectif devra être atteint en tout état de cause".

mig/na/ial

PLUS:hp