NOUVELLES

Disparition de cocaïne au siège de la police parisienne: interpellation d'un policier

02/08/2014 06:46 EDT | Actualisé 02/10/2014 05:12 EDT

Un policier a été interpellé samedi, puis suspendu de ses fonctions, dans le cadre de l'enquête sur la disparition de plus de 50 kg de cocaïne au 36 quai des Orfèvres, siège mythique de la police judiciaire parisienne.

"J'ai décidé immédiatement, à titre conservatoire, de suspendre ce brigadier de police", a déclaré le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Le suspect, un policier de 34 ans qui travaillait à la brigade des stupéfiants, a été arrêté samedi à la mi-journée sur son lieu de vacances, près de Perpignan (sud-ouest).

Plusieurs perquisitions étaient en cours dans la région et au domicile parisien du suspect, selon des sources policières.

"Si l'enquête devait confirmer son implication, et dès que j'aurai connaissance des conclusions de cette enquête, je prendrai toutes les sanctions et autres dispositions nécessaires", a ajouté le ministre devant la presse.

La disparition avait été constatée le 31 juillet au matin. Les enquêteurs de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices) s'étaient immédiatement rendus sur place et le 36 quai des Orfèvres avait été minutieusement perquisitionné.

Le policier est soupçonné d'avoir volé 52,6 kg de cocaïne placés sous scellés au siège de la police judiciaire parisienne.

Un homme avait été "vu entrant dans les locaux avec deux sacs et en ressortant peu après, dans la nuit du 24 au 25 juillet", selon un communiqué commun de la police et du parquet.

L'exploitation des moyens vidéo a permis "d'établir une forte ressemblance entre cet individu et un fonctionnaire de police de la brigade des stupéfiants", selon le communiqué.

La drogue provenait d'une saisie réalisée le 4 juillet. La brigade des stupéfiants de Paris avait alors interpellé 14 personnes et saisit dans un appartement parisien 48 pains de cocaïne d'environ 1.100 grammes chacun et d'une valeur marchande totale estimée à 2 millions d'euros, précise encore le communiqué.

L'affaire secoue le "36", lieu historique immortalisé par le commissaire Maigret, où ont défilé les plus grands criminels de France et qui a été le cadre de nombreux tournages pour la télévision et le cinéma.

rb-ger/ial/gbh

PLUS:hp