NOUVELLES

MacKay n'ira pas à la réunion annuelle de l'Association du Barreau canadien

01/08/2014 07:11 EDT | Actualisé 01/10/2014 05:12 EDT
THE CANADIAN PRESS
Defence Minister Peter MacKay unveils the traveling Afghanistan Memorial Vigil on Parliament Hill Ottawa on Tuesday, July 9, 2013. The vigil contains the plaques originally displayed at the cenotaph in Afghanistan. (AP Photo/The Canadian Press, Sean Kilpatrick)

Contrairement à l'habitude prise par la plupart de ses prédécesseurs, le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, ne participera pas à l'assemblée annuelle de l'Association du Barreau canadien. Cette assemblée se tiendra ce mois-ci à Saint-John's, dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador.

Peter MacKay avait assisté l'an dernier à cette conférence, mais, cette année, son personnel affirme que le ministre a un conflit d'horaire et ne pourra y prendre part.

Or, cette absence se fera d'autant plus remarquer que l'année a été fertile en controverses pour ce qui est des relations qu'entretient le gouvernement de Stephen Harper avec l'appareil judiciaire.

Dans une lettre, la porte-parole de Peter MacKay, Mary Anne Dewey-Plante, a assuré à CBC que M. Mackay continuerait de travailler de concert avec l'Association du Barreau et d'autres membres de ce secteur d'activité « pour le bénéfice des Canadiens et pour renforcer le système de justice criminel canadien, déjà robuste ».

En mai dernier, M. Headon avait qualifié le différend opposant le premier ministre Harper à la juge en chef de la Cour suprême, Beverly McLachlin, de « préoccupant ». Par l'entremise de Twitter, le président de l'Association du Barreau canadien avait dit souhaiter qu'il ne s'agisse que d'un malentendu. Il avait aussi pressé Stephen Harper de clarifier que la juge en chef avait agi de manière appropriée.

Les tensions entre le premier ministre et la juge en chef avaient éclaté au grand jour lorsque M. Harper avait affirmé qu'à son avis, Beverly McLachlin avait agi de manière inappropriée en tentant de discuter, par téléphone, de la nomination par Ottawa d'un juge de la Cour fédérale au plus haut tribunal du pays.

Le premier ministre Stephen Harper avait refusé de prendre un appel de la juge en chef de la Cour suprême du Canada - un coup de fil que Beverley McLachlin dit avoir passé pour l'aviser des problèmes potentiels qui pourraient suivre la nomination au plus haut tribunal du pays d'un juge en provenance de la Cour fédérale, comme Marc Nadon. Stephen Harper a jugé qu'il aurait été « mal avisé et inapproprié » de répondre à son appel.

Dans la foulée de cette controverse, 11 anciens présidents de l'Association du Barreau canadien avaient publié une lettre dans laquelle ils dénonçaient les actions du premier ministre, affirmant qu'elles illustraient un « manque de respect » à l'encontre de la branche judiciaire de la démocratie.

Une autre controverse

Puis, le ministre MacKay a soulevé l'ire d'une partie de l'opinion publique en juin à l'occasion d'une rencontre organisée par l'Association du Barreau de l'Ontario. Le ministre de la Justice aurait alors affirmé qu'à son avis, les femmes ne postulaient pas pour des postes de juge de crainte que cet emploi ne les éloigne de leurs enfants.

Là, encore, l'Association du barreau canadien avait fait part de ses réserves.

Le président de l'Association du Barreau canadien, Fred Headon, se refuse toutefois de faire un lien entre l'absence du ministre à l'assemblée et ces tensions passées. « Je n'ai pas de preuve comme quoi nous sommes en froid et je ne voudrais pas que cela soit interprété de cette façon », a-t-il déclaré.

INOLTRE SU HUFFPOST

Nazanin Afshin-Jam And Peter MacKay