NOUVELLES

La "situation actuelle" en Ukraine pas dans l'intérêt russo-américain (Poutine et Obama)

01/08/2014 01:24 EDT | Actualisé 01/10/2014 05:12 EDT

La "situation actuelle" autour de l'Ukraine "ne correspond pas aux intérêts" de la Russie ni des Etats-Unis, ont convenu vendredi les présidents russe et américain Vladimir Poutine et Barack Obama, dans un entretien téléphonique rapporté par le Kremlin.

M. Poutine a souligné auprès de son homologue américain que les nouvelles sanctions occidentales contre son pays étaient "contre-productives" et qu'elles portaient atteinte autant à la coopération russo-américaine qu'à la stabilité internationale en général, poursuit le communiqué de la présidence russe.

Ce communiqué ne fait pas référence aux inquiétudes exprimées lors de cette conversation par M. Obama, selon la Maison Blanche, concernant le "soutien accru" de Moscou aux séparatistes prorusses ukrainiens.

Le Kremlin note simplement que les deux dirigeants ont convenu de la nécessité "d'une cessation durable des actions militaires dans le sud-est de l'Ukraine et du début d'un processus politique" entre le pouvoir ukrainien et les séparatistes.

"Les deux dirigeants sont tombés d'accord sur la nécessité de rester en contact", a précisé la Maison Blanche.

MM. Poutine et Obama se sont félicité, toujours selon le Kremlin, de la réunion cette semaine à Minsk du groupe de contact sur l'Ukraine, avec la participation notamment de représentants du gouvernement ukrainien et des séparatistes prorusses.

A Washington, le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a affirmé que la Russie continuait à renforcer sa présence militaire à la frontière qu'elle partage avec l'Ukraine.

"Il y a plus de 10.000 (soldats), mais c'est fluctuant", a-t-il dit lors d'un point de presse, ajoutant que ces troupes se trouvent "à moins de 50 km de la frontière, plus proche que ce que nous avions vu au printemps".

Selon l'exécutif américain, M. Obama a également "réitéré ses inquiétudes" concernant le nécessaire respect par la Russie d'un traité de contrôle des armes nucléaires datant de 1987.

Washington a accusé la Russie d'avoir violé le traité sur les Forces Nucléaires Intermédiaires (FNI), signé le 8 décembre 1987 par les États-Unis et l'URSS en testant un missile de croisière.

jca-gde/elm

PLUS:hp