NOUVELLES

En visite à Haïti le président du Sénat français plaide pour la stabilité

01/08/2014 11:15 EDT | Actualisé 01/10/2014 05:12 EDT

Le président du Sénat Français, Jean Pierre Bel, qui a effectué une visite officielle de 5 jours en Haïti dit avoir constaté des progrès dans la reconstruction plus de 4 ans après le violent séisme qui a ravagé ce pays de la Caraïbe, mais plaide pour la stabilité politique.

"La stabilité est une question essentielle. J'ai insisté auprès des autorités d'Haïti pour dire qu'un pays ne peut pas se développer, ni accueillir des investisseurs sans la stabilité politique et institutionnelle", a indiqué le président du Sénat français qui a eu des entretiens avec le président haïtien Michel Martelly, le gouvernement et ses homologues du sénat haïtien.

Lors de son séjour en Haïti, M. Bel a visité des chantiers de la reconstruction dans des quartiers de Port-au-Prince.

"J'ai l'impression que le pays a bougé. Il y a du travail qui a été réalisé. Il y a des échecs et des réussites. Il ne faut pas désespérer", a témoigné le sénateur Bel accompagné de son collègue Bernard Piras président du groupe d'amitié France-Caraïbe qui ont visité des travaux de réhabilitation de quartiers financés par la France.

Il s'est notamment réjoui que la France ait rempli ses engagements vis à vis d'Haïti après la catastrophe en décaissant un peu plus de 86 millions d'euros dans des projets concrets dont la reconstruction de l'hopital universitaire d'Haïti cofinancée avec les Etats-Unis.

"La France veut rester très proche d'Haïti un pays francophone dans les Amériques", a-t-il déclaré.

Le président du Sénat français a d'autre part souligné la nécessité de parvenir à la stabilisé en Haïti en proie à une crise politique alors que des élections prévues depuis plus de trois ans n'ont pas été organisées.

"Je ne veux pas m'immiscer dans les questions haïtiennes. C'est aux haïtiens de choisir leur avenir, mais il est important d'assurer la tenue des élections", a dit le sénateur Jean-Pierre Bel tout en réitérant la neutralité de la France.

cre/vog

PLUS:hp