NOUVELLES

Des "progrès" en vue d'un cessez-le-feu à Gaza (Kerry)

23/07/2014 02:53 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a estimé mercredi que des "progrès" avaient été faits vers une trêve entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, après des entretiens en Israël et en Cisjordanie.

"Nous avons fait des progrès ces dernières 24 heures" en vue d'un cessez-le-feu, a dit devant les journalistes M. Kerry, qui a rencontré également en soirée le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

En début de journée, au début d'une rencontre à Jérusalem avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon qui s'est ensuite rendu à Amman, M. Kerry avait souligné que "quelques pas" avaient été faits, mais qu'il restait du travail.

Après sa rencontre à Ramallah en Cisjordanie occupée avec le président palestinien Mahmoud Abbas, il a dit qu'il était ouvert à tout forme de trêve. "Toutes les questions seront sur la table", a-t-il dit, refusant d'élaborer, notamment sur les changements qui pourraient être apportés à une proposition égyptienne de trêve présentée il y a une semaine.

Celle-ci, soutenue par la Ligue arabe et acceptée par Israël, mais rejetée par le Hamas prévoit un cessez-le-feu puis des négociations indirectes.

La formation palestinienne qui contrôle la bande de Gaza conditionne tout accord à la levée du blocus israélien imposé depuis 2006, la libération de prisonniers et l'ouverture de la frontière avec l'Egypte.

M. Kerry a souligné que la proposition égyptienne pouvait servir de "cadre de travail", tout en affirmant que l'urgence était de mettre rapidement fin aux violences qui ont fait depuis le lancement de l'opération israélienne le 8 juillet plus de 680 morts palestiniens, 34 israéliens, dont 32 soldats, et un travailleur thaïlandais.

Si un compromis est trouvé, il y aura ensuite "de sérieuses négociations pour trouver une solution durable à la situation à Gaza", a expliqué un responsable voyageant avec M. Kerry, sous le couvert de l'anonymat.

M. Kerry a annoncé qu'il retournerait au Caire après ses entretiens en Israël. L'Egypte, voisin de l'Etat hébreu et de la bande de Gaza, a longtemps été le médiateur traditionnel dans les conflits entre Israël et le Hamas.

Mais la situation est désormais plus compliquée, car le Hamas a été interdit en Egypte, les nouvelles autorités le considérant comme un allié des Frères musulmans du président destitué Mohamed Morsi, déclarés "terroristes".

M. Kerry a en outre téléphoné aux ministres des Affaires étrangères de Turquie et du Qatar -des alliés du Hamas- ainsi qu'avec des diplomates égyptiens et français.

sct-cbo/tp

PLUS:hp