NOUVELLES

Colombie: au moins 13 guérilleros tués lors d'opérations militaires

23/07/2014 01:12 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

Au moins 13 guérilleros ont été tués mercredi lors de deux opérations militaires en Colombie, a annoncé le ministère de la Défense.

Huit combattants de l'Armée de libération nationale (ELN) ont été abattus dans la province d'Arauca (est) et cinq des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) dans celle du Meta (centre), a précisé à l'AFP un porte-parole du ministère.

"Nous avons détecté dans ces régions une présence terroriste cherchant à attaquer les routes ou les infrastructures et les forces armées sont passées à l'action", a déclaré le ministre colombien de la Défense, Juan Carlos Pinzon, qui devait se rendre dans l'Arauca.

L'opération lancée dans cette région frontalière avec le Venezuela visait le campement d'une unité de l'ELN, tenue pour "responsable d'attentats commis ces derniers jours contre des civils, des axes routiers importants et des infrastructures pétrolières", selon un communiqué de l'armée.

Huit autres rebelles de l'ELN ont été capturés, dont plusieurs mineurs qui ont été confiés aux services de l'enfance.

Dans la province du Meta, l'armée a également capturé un guérilléro des Farc et saisi "une grande quantité de matériel", a précisé M. Pinzon.

Cette double offensive survient dix jours à peine après une opération militaire qui avait provoqué la mort de 14 rebelles des Farc dans la province d'Antioquia (nord-ouest).

Fondées dans les années 60, les Farc et l'ELN sont les dernières guérillas communistes encore en activité en Colombie, avec respectivement 8.000 et 2.500 combattants, selon les autorités.

Le gouvernement colombien a ouvert depuis novembre 2012 des négociations avec les Farc à Cuba. Il a aussi récemment annoncé l'ouverture d'un processus de paix avec l'ELN, resté pour l'instant dans une phase exploratoire. Toutes ces discussions se déroulent sans cessez-le-feu sur le terrain militaire.

Le conflit armé colombien a fait en cinquante ans plusieurs centaines de milliers de morts et des millions de déplacés, mêlant l'armée à des guérillas, des milices paramilitaires d'extrême droite - officiellement dissoutes depuis 2006 - ainsi que des bandes de narcotrafiquants.

lda/pz/ai

PLUS:hp