NOUVELLES

Vol MH17 : les premières dépouilles attendues mercredi aux Pays-Bas

22/07/2014 07:57 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

Un avion transportant les premières dépouilles des victimes du vol MH17 arrivera mercredi aux Pays-Bas, où l'identification des corps pourrait prendre jusqu'à plusieurs mois, a assuré mardi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

"Nous nous attendons à ce que le premier avion parte demain dans le courant de la journée", a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse, à La Haye.

L'avion atterrira à Eindhoven, dans le sud des Pays-Bas, d'où les dépouilles seront transportées vers une base militaire à Hilversum, au sud-est d'Amsterdam, à environ 100 kilomètres de l'aéroport.

Le ministère néerlandais de la Défense a indiqué qu'un C-130 Hercules néerlandais et qu'un transporteur C-17 australien allaient créer "un pont aérien" entre Kharkiv et Eindhoven afin de rapatrier les corps des victimes du crash.

L'Australie, dont 37 citoyens sont décédés dans le drame, va également envoyer des experts médico-légaux et d'autres enquêteurs vers Eindhoven et l'Ukraine, a indiqué la défense dans un communiqué.

Le Premier ministre a confirmé que le train réfrigéré dans lequel des dépouilles ont été rassemblées est arrivé mardi matin dans la ville de Kharkiv, en territoire loyaliste, après avoir quitté Torez, contrôlée par les rebelles prorusses, lundi soir.

Le nombre exact de dépouilles se trouvant à bord n'est pas connu mais selon l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), quelque 200 corps y seraient entreposés.

"Des informations non confirmées font état de 282 corps", a précisé Mark Rutte.

En Ukraine, des préparatifs sont effectués "pour que l'identification puisse être réalisée de la meilleure manière qui soit aux Pays-Bas", précisé Mark Rutte: "dès qu'un certain nombre de victimes seront prêtes à être transportées, un avion partira".

"Dès qu'une victime sera identifiée, la famille sera informée en priorité, et personne d'autre. Parfois cela peut aller très vite, parfois cela peut prendre des semaines ou même des mois", a affirmé le Premier ministre.

M. Rutte a refusé d'aborder le sujet de possibles sanctions contre la Russie, qui aurait fourni le missile qui a abattu l'avion, alors que les ministres des Affaires étrangères sont réunis à Bruxelles, dont le ministre néerlandais Frans Timmermans.

"Les Pays-Bas ne sont pas opposés à des sanctions", a-t-il simplement déclaré.

Il a également confirmé que les Pays-Bas seraient en charge de l'enquête "à la demande de Kiev": "nous découvrirons toute la vérité", a-t-il affirmé.

Un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines, assurant la liaison Amsterdam- Kuala Lumpur, s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine, dans une zone contrôlée par des séparatistes prorusses, avec 298 personnes à bord, dont 193 Néerlandais.

Il a très probablement été abattu par un missile. Les accusations se sont principalement portées sur les séparatistes, qui auraient utilisé un missile fourni par la Russie, Moscou accusant de son côté le gouvernement ukrainien.

mbr-ndy/mbr/ih

PLUS:hp