NOUVELLES

Fidel Castro souligne les tournées "historiques" de Poutine et Xi en Amérique latine

22/07/2014 10:49 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

Le Père de la Révolution cubaine Fidel Castro a souligné mardi les récentes tournées "historiques" des présidents russe et chinois en Amérique latine, dans un article qui, pour la première fois, n'a pas été publié à la une du quotidien officiel Granma, mais en pages intérieures.

"Je ne doute pas un instant que lorsque le président Xi Jinping aura achevé sa tournée continentale, comme le président russe Vladimir Poutine avant lui, les deux pays auront réalisé une des plus grandes prouesses de l'histoire humaine", affirme Fidel Castro, 88 ans le 13 août et retiré du pouvoir en 2006.

Xi Jinping est arrivé lundi soir à Cuba pour une visite de deux jours, ultime étape d'une tournée qui l'a mené au Brésil (pour un sommet des cinq pays des Brics), en Argentine et au Venezuela. Vladimir Poutine avait assisté au même sommet à la mi-juillet et s'était rendu en Argentine, au Nicaragua et à Cuba.

La Russie et la Chine sont "deux pays appelés à diriger un monde nouveau qui permettra la survie de l'humanité, si l'impérialisme ne déclenche pas auparavant une guerre criminelle et exterminatrice", ajoute Fidel Castro.

"L'apport que la Russie et la Chine peuvent faire dans la science, la technologie et le développement économique de l'Amérique du Sud et des Caraïbes est décisif", ajoute-t-il en détaillant longuement les résultats du sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

Depuis qu'il a laissé le pouvoir à son frère Raul, Fidel Castro se consacre à l'écriture et reçoit à l'occasion des dignitaires étrangers. Ses apparitions publiques se font de plus en plus rares.

D'habitude, ses articles sont systématiquement publiés en une du quotidien du Parti communiste de Cuba, Granma.

"J'ai demandé aux éditeurs de Granma de m'exonérer de l'honneur de publier ce que j'écris en première page de l'organe officiel de notre parti, car je pense exprimer des points de vue personnels sur des sujets que, pour des raisons bien connues de santé et de temps, je n'ai pas l'occasion de présenter aux organes collectifs de direction du Parti et de l'Etat", affirme Fidel Castro au début de son article.

rd-jhd/hdz/ml

PLUS:hp