NOUVELLES

Rob Ford: accusations abandonnées contre le revendeur de la vidéo

21/07/2014 09:59 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT
CP

La Couronne retire les chefs d'accusation qui avaient été déposés contre un Torontois qui a servi d'intermédiaire pour tenter de vendre aux médias, l'an dernier, une vidéo montrant le maire Rob Ford en train de fumer du crack.

Heather Visser, porte-parole du Ministère de la Procureure générale de l'Ontario, explique en entrevue au Globe and Mail que la Couronne réexamine les causes à plusieurs étapes et « a le devoir d'abandonner les accusations s'il n'y pas de probabilité raisonnable de condamnation ou s'il n'est pas dans l'intérêt public de poursuivre les procédures ». 

Mohamed Farah avait été accusé notamment de possession d'une arme à feu, à la suite d'une opération antidrogue de la police.

Les policiers avaient trouvé une arme à feu dans l'appartement qu'il partage avec sa mère et son frère qui a, lui, un casier judiciaire. M. Farah a toujours clamé son innocence. « Je ne sais pas à qui l'arme appartient ni comment elle s'est retrouvée là », avait-il dit après son arrestation en juin 2013.

Cet organisateur communautaire d'un quartier défavorisé du nord-ouest de Toronto avait raconté à l'émission Fifth Estate de la CBC qu'il avait accepté de servir de revendeur de la vidéo du maire après avoir été « choqué » par son contenu.

La bande, qui est entre les mains de la police, n'a jamais été dévoilée. Elle pourrait l'être dans le cadre du procès d'un ami et ancien chauffeur occasionnel du maire, Alessandro Lisi, qui subira son procès et son enquête préliminaire l'an prochain pour trafic de drogue et extorsion.

Après des mois de déni, Rob Ford avait avoué en novembre dernier qu'il avait fumé du crack lors d'un « moment d'ivresse profonde ». 

Il a subi une cure de désintoxication ce printemps et affirme être maintenant « aussi sobre qu'un chameau ».

M. Ford sollicitera un deuxième mandat lors des élections d'octobre prochain.

INOLTRE SU HUFFPOST

A Brief History Of Rob Ford Apologies