NOUVELLES

Rassemblement pour Gaza, heurts entre policiers et manifestants arabes israéliens

21/07/2014 12:14 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Des heurts ont éclaté lundi dans la ville de Nazareth, nord d'Israël, entre la police et des manifestants qui protestaient contre les bombardements israéliens sur la bande de Gaza ayant fait près de 550 morts en deux semaines.

Dix personnes ont été arrêtées lors de ces heurts, a indiqué la polie israélienne alors que Nazareth comme la Cisjordanie occupée étaient paralysées lundi par une grève générale en solidarité avec la population de Gaza.

L'appel à la grève a été lancé par les syndicats et plusieurs mouvements islamistes, avant d'obtenir le soutien de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) du président Mahmoud Abbas, qui a appelé à des manifestations dans toute la Cisjordanie après 21H00 (18H00 GMT) et la rupture du jeûne du Ramadan.

A travers tout le territoire palestinien, les magasins, les marchés et les bâtiments publics n'ont pas ouvert lundi en solidarité avec les habitants de Gaza qui ont connu dimanche (140 morts) la journée la plus sanglante depuis le début le 8 juillet de l'offensive israélienne contre l'enclave palestinienne, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A Nazareth, la plus importante ville arabe d'Israël, la grève a été suivie par l'ensemble des commerçants et quelque 3.000 personnes ont défilé en solidarité avec la population palestinienne de la bande de Gaza.

Selon la porte-parole de la police israélienne Luba Samri, des heurts ont opposé près de 200 manifestants arabes israéliens aux forces de sécurité qui ont fait usage de canons à eau et de grenades assourdissantes et arrêté 10 personnes à la fin de la manifestation.

Les manifestants avaient défilé dans l'après-midi brandissant des drapeaux palestiniens et des photos d'enfants tués dans le quartier de Chajaya où les bombardements ont fait 70 morts dimanche. Des banderoles affirmaient notamment "L'armée israélienne commet un génocide à Gaza" et "Gaza est notre fierté", selon une journaliste de l'AFP sur place.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux Arabes israéliens ont posté en hébreu des messages de solidarité avec la population de Gaza.

En réponse, une page Facebook, baptisée "Comptons les traîtres" --qui recueillait lundi 9.200 "likes"--, a été créée par des juifs israéliens dans le but de "dénoncer" les Arabes israéliens postant en hébreu des statuts critiques envers Israël.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman (droite ultra-nationaliste) a lui-même appelé sur sa page Facebook à boycotter les commerces appartenant à des Arabes israéliens en grève lundi.

La communauté des Arabes israéliens, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création d'Israël en 1948, compte aujourd'hui plus de 1,4 million de personnes, soit 20% de la population totale. Elle souffre de discriminations, notamment en matière d'emploi et de logement.

Dans la nuit de dimanche à lundi, en Cisjordanie, quelque 4.000 personnes avaient manifesté à Ramallah, et un rassemblement avait également eu lieu à Naplouse.

La Cisjordanie est restée calme dans l'ensemble depuis le début de l'offensive israélienne sur Gaza, qui a fait près de 550 morts palestiniens dont une large majorité de civils.

mab-dar/feb

PLUS:hp