NOUVELLES

Le Conseil de sécurité dénonce la persécution des chrétiens d'Irak par l'EI

21/07/2014 11:56 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité a dénoncé lundi les persécutions menées par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) contre les minorités en Irak, notamment les chrétiens de Mossoul, rappelant que de tels agissements sont susceptibles de constituer un crime contre l'humanité.

Dans une déclaration unanime adoptée lundi soir, les 15 pays membres du Conseil "condamnent le plus fermement possible la persécution systématique par l'EI et des groupes qui lui sont affiliés d'individus issus de minorités et de personnes qui refusent l'idéologie extrémiste de l'EI".

"Les attaques systématiques et à grande échelle contre des populations civiles en raison de leur origine ethnique ou religieuse ou de leur foi peuvent constituer un crime contre l'humanité pour lequel les responsables devront rendre des comptes".

Le Conseil salue les efforts du gouvernement irakien et de l'ONU pour s'opposer aux "menaces terroristes" contre les minorités et pour répondre aux besoins humanitaires urgents des personnes déplacées par le conflit en Irak et demande que ces efforts soient intensifiés.

L'Etat islamique, un groupe jihadiste ultra-radical qui a pris en juin le contrôle de Mossoul, deuxième ville d'Irak, a lancé vendredi un ultimatum donnant à la minorité chrétienne quelques heures pour quitter les lieux.

La semaine dernière, il avait déjà appelé les habitants chrétiens de la ville "à se convertir à l'islam, à payer une taxe spéciale ou à quitter la ville", sans quoi ils seraient exécutés.

Avant l'invasion américaine de 2003, la population chrétienne de l'Irak était estimée à plus d'un million, dont plus de 600.000 à Bagdad, 60.000 à Mossoul, mais également dans la ville pétrolière de Kirkouk (nord) et à Bassora (sud).

avz/jr

PLUS:hp