NOUVELLES

Crash en Ukraine: les médias pro-Kremlin accusent l'Ouest de rejeter la faute sur la Russie

21/07/2014 04:54 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

La presse russe pro-Kremlin a estimé lundi que la vérité sur le crash de l'avion de ligne malaisien dans l'est de l'Ukraine ne serait jamais mise au jour, accusant les Occidentaux de rejeter la faute sur la Russie.

"La presse occidentale sait déjà qui est responsable pour le crash de l'avion de ligne. Manifestement, c'est la Russie", écrit le journal populaire Komsomolskaïa Pravda, accusant les Occidentaux de tirer des conclusions hâtives avant même le début de l'enquête.

"Les coupables ont été nommés", titre de son côté le quotidien à grande diffusion Moskovski Komsomolets, rappelant que les États-Unis ont déjà menti pour accuser Saddam Hussein de détenir des armes de destruction massive.

"Il est difficile de dire s'il sera possible de distinguer la vérité du mensonge dans ce merveilleux nouveau monde de l'information", ajoute le journal.

Le journal officiel Rossiïskaïa Gazeta met en cause pour sa part les autorités de Kiev, les accusant de refuser la coopération avec Moscou.

"Kiev n'est pas pressé de répondre aux +10 questions+ à propos du Boeing", écrit-il en référence à une série de questions diffusées par le ministère russe de la Défense à l'intention des autorités ukrainiennes dans le but d'aider à faire la lumière sur la tragédie.

"La catastrophe n'est pas seulement dans le ciel, mais aussi dans les relations entre la Russie et l'Ouest", estime également Nezavissimaïa Gazeta.

"La carcasse du Boeing est en train de retomber sur la Russie", abonde le quotidien Kommersant, jugeant que le résultat de l'enquête déterminera l'avenir des relations entre Moscou et l'Ouest.

Si l'enquête met au jour la responsabilité de la Russie dans le crash, Moscou sera de nouveau perçu par l'Ouest comme un "Empire du Mal", estime l'expert Alexandre Golts, cité par le journal.

"La Russie devrait commencer à reconstruire la confiance dans ses liens avec l'Europe", écrit pour sa part le quotidien des affaires Vedomosti.

"Beaucoup de ce qui est arrivé est irréversible, mais des initiatives ciblées et cohérentes peuvent toujours mener à une compréhension mutuelle", ajoute-t-il.

Novye Izvestia a publié de son côté en une un poème du célèbre poète russe Evgueni Evtouchenko, qui attribue la responsabilité de la mort des 298 passagers du vol MH17 aux deux camps.

"Et je pleure, votre frère innommé/ Pardonnez-moi pour cela. Je suis coupable", écrit-il.

as-pop/gmo/fw

PLUS:hp