NOUVELLES

Une tentative de braquage à Paris s'achève par une fusillade dans le métro

19/07/2014 12:19 EDT | Actualisé 18/09/2014 05:12 EDT

Une tentative de braquage chez un vendeur de monnaie ancienne au coeur de Paris s'est achevée samedi par une fusillade avec les policiers dans une station de métro très fréquentée, où le braqueur, blessé au bras, a finalement été arrêté.

"En rentrant de mon déjeuner j'ai ouvert la porte et j'ai vu un homme dans le reflet de la vitre", raconte à l'AFP Claude Burgan, la victime, gérant d'un magasin de numismatique.

"Par habitude, car je me suis déjà fait braquer deux fois, je me suis retourné, mais le voleur a poussé la porte et m'a fait tomber au sol", a-t-il ajouté devant son magasin, la tête et la chemise encore ensanglantées, à peine quelques minutes après le braquage.

Selon son récit, il reçoit une fois au sol plusieurs coups de crosse sur le crâne, mais parvient à s'échapper et à enfermer son agresseur dans la boutique.

"Pour s'échapper, il a dû tirer, au moins deux fois, dans la vitrine. Il est parti en prenant deux plateaux de pièces d'or d'environ 100.000 euros", poursuit M. Burgan, écrasant sous ses pieds les débris de verre sur le trottoir qui jouxte sa boutique.

Selon la police, l'homme a ensuite pris la fuite en direction d'une station de métro très fréquentée du centre de Paris. Des policiers le repèrent et le prennent en chasse dans la station.

"Le malfaiteur a sorti son arme dans la rame", raconte un témoin, choqué, qui ne souhaite pas donner son nom. "Il a commencé à tirer et les policiers ont riposté. Ça a bombardé", ajoute-t-il, disant avoir entendu "au moins une vingtaine de coups de feu".

Selon Christophe Crépin, délégué d'un syndicat de la police, le suspect a été blessé par balles au bras par les policiers. "Son pronostic vital n'est pas engagé", a-t-il précisé.

Quelques dizaines de minutes après les échanges de coup de feu, le suspect a été évacué sur un brancard sous les yeux de dizaines de passants et de curieux, puis transporté dans un camion de pompiers. Selon Christophe Crépin, le suspect était déjà connu des services de police pour des faits de vols à main armée.

zap/ger/kat/cgu

PLUS:hp