NOUVELLES

Crash MH17: des indices ont été altérés, une "trahison" pour la Malaisie

19/07/2014 06:29 EDT | Actualisé 18/09/2014 05:12 EDT

La Malaisie a déclaré samedi que des indices vitaux avaient été altérés dans la zone ukrainienne où s'est écrasé le vol MH17, et dénoncé ce qu'elle considère comme une "trahison" à l'égard des vies anéanties dans la catastrophe.

"L'intégrité du site a été compromise, et il y a des indications montrant que des indices vitaux n'ont pas été préservés sur place. Des interférences sur la scène du crash risquent de fausser l'enquête elle-même", a déclaré le ministre de transports malaisien Liow Tiong Lai.

"Toute action qui nous empêche de découvrir la vérité sur ce qui est arrivé au vol ne peut être tolérée. Ne pas empêcher de telles interférences constituerait une trahison à l'égard des vies qui ont été anéanties", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse.

L'inquiétude monte quant au respect de l'intégrité de la zone du crash du Boeing 777, dans l'est de l'Ukraine aux mains des séparatistes prorusses, le gouvernement de Kiev ayant également accusé samedi Moscou d'aider les séparatistes à détruire les indices.

Liow a déclaré qu'une équipe malaisienne, dont deux enquêteurs spécialistes des accidents aériens arrivés samedi à Kiev, n'avaient pas encore pu accéder au site.

"Nous devons avoir un accès total au site et nous assurer que les indices sur le site de l'accident ne sont pas altérés. Nous espérons pouvoir promettre que la justice s'imposera", a-t-il dit avant d'ajouter qu'il s'envolerait pour Kiev plus tard samedi.

"Le plus important maintenant, est d'établir qui a abattu l'avion malaisien MH17. Nous réclamons justice", a insisté M. Liow.

La plupart des dirigeants du monde ont exigé un accès illimité à la zone du crash pour permettre une enquête exhaustive sur l'accident de l'avion de ligne apparemment abattu par un missile jeudi, tuant les 298 personnes à bord du vol Amsterdam-Kuala Lumpur.

L'Ukraine a accusé les rebelles prorusses d'avoir abattu l'avion dans un "acte terroriste", les séparatistes de l'Est accusant l'armée ukrainienne d'en être responsable.

ste/ac/ros/ml

PLUS:hp