NOUVELLES

Arrivée du premier convoi ferroviaire de pétrole lourd au sud de Montréal

19/07/2014 02:33 EDT | Actualisé 19/07/2014 02:33 EDT
CP

Malgré l'opposition de plusieurs municipalités, les premiers wagons contenant du pétrole lourd feront leur arrivée en fin de semaine au sud de Montréal.

Le premier convoi ferroviaire transportant le même type de combustible que celui en cause dans la tragédie de Lac-Mégantic traversa la municipalité de Boucherville en provenance de l'Ouest canadien.

Les citoyens sont inquiets à l'idée de voir une vingtaine de wagons-citernes rouler à proximité de leur résidence, au beau milieu de la nuit.

Des maisons, des écoles, des garderies et des résidences pour personnes âgées se trouvent à moins de 30 mètres de la voie ferrée, s'inquiète Rémi Tremblay, membre d'Alerte Pétrole Rive-Sud.

L'entreprise Kildair envisage de faire transiter quotidiennement de 30 à 60 wagons de pétrole lourd de Saint-Lambert jusqu'à son nouveau site d'entreposage, qui situé près de Sorel-Tracy.

Dans ses cinq réservoirs géants, Kildair peut maintenant entreposer 3 millions de barils de pétrole de l'ouest en attendant d'être transportés par bateau.

Le Canadien National, chargé du transport, affirme que toutes les mesures de sécurité et de prévention ont été prises et que les wagons-citernes DOT-111 ont été remplacés par des wagons neufs et renforcés.

Cela ne suffit pas à rassurer les citoyens qui restent méfiants, notamment en raison de l'état des rails.

« Oui, le contenant est changé, on a des systèmes plus sécuritaires, bravo, mais le contenu reste le même. Eh oui, le contenu est beaucoup plus explosif que le pétrole léger », insiste André Lafrance, membre d'Alerte Pétrole Rive-Sud.

Plusieurs maires de la Rive-Sud, dont celui de Boucherville, considèrent, eux aussi, qu'on leur a imposé rapidement une activité commerciale à risque élevé.

« Le débat est plus large que le pétrole, il y a du gaz, du propane, d'autres produits dangereux, ce qui est tout aussi préoccupant s'il y avait un déraillement », souligne Jean Martel.

Les opposants au passage des wagons de pétrole près de chez eux estiment que ce transport devrait se faire plutôt en bordure de l'autoroute 30, ce qui nécessiterait la construction d'un nouveau tronçon de rail.

« À moyen terme, l'idée c'est d'éloigner le transport des matières dangereuses des zones fortement peuplées pour tirer des leçons de ce qui est arrivé à Lac-Mégantic l'année dernière », ajoute le maire Jean Martel.

Le CN a également précisé que son réseau de la Rive-Sud serait inspecté régulièrement, que plusieurs ponts seraient réparés et que des limitations de vitesse très strictes seraient imposées aux convois de pétrole lourd.

INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion à Lac-Mégantic: photos de la Sûreté du Québec